Congo – Hystérie collective des élèves de Nganga-Edouard : le gouvernement rassure les familles des victimes

Les élèves du CEG-lycée Nganga-Edouard après le vent du spectre, le 24 octobre /Adiac

Les élèves du CEG-lycée Nganga-Edouard après le vent du spectre, le 24 octobre /Adiac

Dans un communiqué de presse rendu public un peu tard le 24 octobre, à Brazzaville, le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation a indiqué qu’il restait à la disposition de tous les parents pour un suivi permanent de tous les apprenants atteints par le phénomène.

« En attendant de déterminer les causes de cette hystérie collective et passagère, le ministère entend rendre compte aux familles du suivi médical des apprenants encore retenus au CHU-B, chaque fois que cela sera nécessaire. Il reste à la disposition de toutes les familles pour un suivi permanent, même à celles dont les apprenants ont regagné leur domicile », a indiqué le ministre de l’Enseignement technique et professionnel, de la formation qualifiante et de l’emploi, Antoine Thomas Nicéphore Fylla Saint-Eudes, qui assure l’intérim de son collègue en charge de l’enseignement général, Anatole Collinet Makosso.

En effet, après la caravane de la jeunesse au CEG-lycée Nganga-Edouard, une quarantaine d’élèves a été reçue aux services du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Brazzaville suite à une hystérie collective. Cependant aucun mort n’a été signalé. « Ce matin vers 10 h, dans l’enceinte du CEG-lycée Nganga-Edouard, quarante et un apprenants, victimes d’une crise d’hystérie collective, ont été admis au CHU-B. Pris en charge très rapidement vers 11 h par les différents services du CHU, réquisitionnés à cet effet, de nombreux enfants sont apparus angoissés, affaiblis et délirant à maints égards. Ils ont subi de nombreux examens médicaux qui n’ont révélé que quelques malaises bénins », a poursuivi le communiqué de presse.

Selon le gouvernement, parmi les cas les plus importants, il y a eu deux malades admis en chirurgie, un au bloc pour une fracture au pied et un autre en réanimation pour troubles asthmatiques. « Quelques situations fébriles ont également été mises à jour. A 17 h, trente-neuf apprenants avaient quitté le CHU-B contre deux restés pour quelques observations complémentaires », a-t-il calmé, précisant que la situation était sous contrôle et aucun décès n’a été déploré.

Le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation a, enfin, rassuré la communauté nationale que les apprenants ont bénéficié d’une assistance impliquant le soutien psychologique des membres du gouvernement ainsi que d’autres services intervenant dans les domaines des urgences et des catastrophes.

Parfait Wilfried Douniama

Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale


Tags assigned to this article:
BrazzavilleCongoNganga-Edouard

Related Articles

Congo: la sécurité des candidats au coeur des préoccupations de la CNEI

Les questions de sécurité sont au cœur des préoccupations des Congolais et des candidats. C’est ce qu’à annoncé le 03

Déclaration de Parfait Kolelas par rapport à la situation qui a prévalu à Brazzaville

« Je demande à tous de ses ressaisir car c’est autour de l’arbre à palabres que tout se règle. Je demande

Congo: l’écrivain Alain Mabanckou renvoie le président et l’opposition dos à dos

L’écrivain congolais Alain Mabanckou a appelé vendredi le président du Congo-Brazzaville Denis Sassou Nguesso à ne pas s’accrocher au pouvoir

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils