Congo – France : Passe d’armes entre les porte-paroles des deux gouvernements

Le ministre congolais de la communication et des médias, Thierry Lézin Moungalla et Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement français

Le ministre congolais de la communication et des médias, Thierry Lézin Moungalla et Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement français

Même si la tension qui jamais n’était montée, semble apaisée à Brazzaville suite au tweet du ministre Benjamin Griveaux, personne ne comprend l’opportunité de ce message du porte-parole du gouvernement français, qui est de nature à jeter un froid dans les relations entre son pays et le Congo-Brazzaville.

Le ministre de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement congolais, Thierry Moungala ne s’en laisse pas compter, quand il s’agit de  »remettre les pendules à l’heure ».

À son homologue Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement français qui a dans un tweet, eu des propos diplomatiquement peu convenant sur le Congo, le ministre Moungalla a dans un tweet en réponse, demandé à celui-ci de « préciser sa pensée sur le Congo ».

Quoique laconique, le tweet du ministre congolais semble avoir poussé le ministre français dans ses derniers retranchements, tant celui-ci a à l’évidence « rendu les armes », car s’étant avisé que les termes de son tweet dont il savait pertinemment le caractère public, froissent quelque peu les relations entre les deux États, alors qu’officiellement, entre le Congo et la France, il n’y aurait pas « de l’eau dans le gaz ».

Suite à ces propos tenus par une personne que l’on ne peut dissocier de la personnalité politique et surtout du rôle gouvernemental qu’elle incarne, le gouvernement congolais n’a pas encore adressé de protestation officielle, par le biais de l’ambassade de France à Brazzaville, tout comme l’ambassadeur de France n’a pas non plus été appelé pour une mise au point, par le ministre congolais des Affaires étrangères. De même à Paris, l’ambassade du Congo en France n’a nullement protesté.

Sans doute côté congolais, on minimise cet incident, davantage conforté par le dicton populaire : « Jamais l’eau bouillante ne brûle le linge ».

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
Benjamin GriveauxCongoThierry Lézin Moungalla

Related Articles

Congo : le procureur de la République demande la levée de l’immunité parlementaire de Okombi Salissa

Le Procureur de la République, M. André Oko Ngakala a saisi, le 20 décembre à Brazzaville,  l’Assemblée Nationale congolaise pour

Congo : « une partie importante du revenu du pétrole est récupérée par les sociétés qui l’exploitent » (ambassadeur turc)

Dans une interview accordée à une agence de presse turque, l’ambassadeur de Turquie en République du Congo, Can Incesu, affirme

Congo : deux ethnies, un seul amour

A Sibiti, dans le département de la Lékoumou, à environ 400 km au sud-ouest de Brazzaville, Odette Pembé, une autochtone

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils