Skip to content

Congo : Faute de moyens financiers, les malades quittent l’hôpital de Dolisie

[GARD align=« center”]

l'hopital general de dolisie
Image d’archive|l’hopital general de dolisie

A l’hôpital de référence de Dolisie dans le département du Niari (sud), les malades désertent les salles d’hospitalisation par manque de moyens financiers.

Avec la pauvreté, les malades ont des difficultés à se faire soigner et à honorer les frais médicaux.

On rappelle que dans les hôpitaux congolais, la priorité du personnel médical qui devrait être celle de prodiguer des soins à toute personne nécessiteuse semble être un principe appartenant au passé.

Désormais il faut avoir de l’argent, si l’on souhaite se faire soigner, une obligation à laquelle toute personne aisée, modeste ou indigente doit obéir. L’exercice de la médecine paraît réduit à un vulgaire marchandage en totale contradiction avec les valeurs d’une profession qui se dit noble.

[GARD align=« center”]

Il n’est donc pas rare de voir qu’un patient aisé se fasse soigner plus rapidement qu’un autre issu d’une classe économique faible.

Selon le code déontologique de médecine, il est du devoir du personnel soignant d’assister un malade quand bien même ce dernier serait à une fraction de seconde de la mort.

Malheureusement, le serment d’Hippocrate semble être de plus en plus bafoué de nos jours dans les structures sanitaires au Congo-Brazzaville.

Germaine Mapanga
Avec Lesechos

[GARD align=« center”]

Partagez cet article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Laissez un commentaire

A Lire aussi