Congo : Face à la menace épidémiologique, François Ibovi a appelé la communauté internationale à l’aide

Congo : Face à la menace épidémiologique, François Ibovi a appelé la communauté internationale à l’aide
Le ministre de la Santé et de la Population, François Ibovi

Le ministre de la Santé et de la Population, François Ibovi

Face aux flambées épidémiologiques de la rougeole, de fièvre jaune, la rage et au risque majeur d’extension dans l’ensemble des départements, François Ibovi, ministre de la santé et de la population, a fait une communication, vendredi 3 avril 2015, à l’endroit des chefs de missions diplomatiques accréditées en République du Congo, ainsi que des représentants du système de Nations unies, afin de solliciter leur apport et assistance, de façon à renforcer, significativement, l’intervention du gouvernement sur le terrain, en vue d’éradiquer ces fléaux.

C’était au Ministère des affaires étrangères et de la coopération, à Brazzaville. En présence de Mme Fatoumata Binta Tidiane Diallo, représentante de l’O.m.s au Congo, et de la secrétaire générale adjointe du département ministériel précité.

De nature virale, les flambées épidémiologiques nécessitent une riposte juste et efficace. Il s’agit de la rougeole qui sévit dans les départements de Pointe-Noire, du Kouilou, du Niari, le Pool et de la Likouala.

Sur 652 cas notifiés, le Congo a déjà enregistré 24 décès. Les enfants âgés de moins de 5 ans sont les plus touchés. La plupart sont ceux qui n’ont pas été immunisés, lors des campagnes nationales de vaccination organisées en 2010 et 2013.

Pour François Ibovi, si l’on n’y prend garde, les zones les plus reculées et difficiles d’accès pourront être touchées. C’est pourquoi, a-t-il dit, «le gouvernement s’est résolu à prendre la situation en main. Des actions urgentes de riposte ont été entreprises pour s’acquitter de son devoir vital: celui de préserver la santé des populations». Parmi les stratégies de riposte mises en œuvre figurent, le renforcement de la surveillance épidémiologique, l’organisation de la prise en charge des cas; le renforcement de la communication et la sensibilisation; la riposte vaccinale et la mise en place d’une structure de coordination.

Toutefois, la République du Congo n’est le seul pays à connaître ces flambées de rougeole. Les autres pays d’Afrique centrale y font également face. En effet, de décembre 2014 à janvier 2015, la sous-région a compté 20.845 cas.

Outre l’épidémie de rougeole, le Congo connaît aussi quelques cas suspects de la fièvre jaune qui ont été enregistrés dans certaines localités du Congo, notamment dans le district de Mbama (département de la Cuvette-Ouest). «Des analyses de confirmation sont en cours. Toutes les dispositions sont prises dans l’éventualité d’une confirmation virologique par les laboratoires spécialisés», a précisé François Ibovi, qui, par ailleurs, a annoncé la notification à Dolisie, depuis le mois de janvier 2015, des morsures en série des chiens errants. Une cinquantaine de cas de morsure ont été enregistrés sans aucune déclaration de la rage chez les victimes humaines. Cependant, «les prélèvements effectués sur une chienne morte ont revélé la présence du virus de la rage. Je pense qu’il s’agit, là, d’une alerte sérieuse qui interpelle le Ministère de la santé et de la population», a-t-il dit.

Selon le ministre de la santé, les cas de rougeole, de fièvre jaune et de rage constituent une menace grave pour les milliers d’individus. D’où son appel aux chefs de mission diplomatique et représentants du système des Nations unies: «Nous avons besoin de votre apport, de votre assistance, de façon à renforcer, significativement, l’intervention sur le terrain et éradiquer ces fléaux».

Donnant suite à cette requête, Mme Fatoumata Binta Tidiane Diallo, représentante de l’O.m.s au Congo, a rassuré le patron de la santé de la disponibilité du système des Nations unies à appuyer le Congo dans la riposte rapide.

LASEMAINEAFRICAINE


Tags assigned to this article:
CongoSante

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils