home Brazzaville Congo – Enseignement général : des résultats catastrophiques au BAC, session de juillet 2015

Congo – Enseignement général : des résultats catastrophiques au BAC, session de juillet 2015

Congo Bac
Les résultats du Baccalauréat, session du 7 juillet 2015, dite session de remplacement font état de 6 714 candidats seulement déclarés admis sur l’ensemble du pays, soit un pourcentage de 10,08 %.

Les résultats du Baccalauréat, session du 7 juillet 2015, dite session de remplacement font état de 6 714 candidats seulement déclarés admis sur l’ensemble du pays, soit un pourcentage de 10,08 %. Ils ont été publiés ce dimanche 30 août, au lycée Pierre Savorgnan de Brazza, à l’issue de la séance de délibération dirigée par le président général des jurys, Philippe Kimbembé Tsiangana.

Le miracle ne s’est pas produit lors de cette session. En effet, après l’annulation des épreuves au mois de juin pour cause d’irrégularités, les candidats n’ont réussi à faire mieux à la session de remplacement.  Ainsi, sur les 66 587 postulants, seuls 6 368 ont pu s’admettre avec la mention passable, 342 pour la mention assez-bien et 4 pour la mention Bien. Le taux de réussite de 10, 08% est largement en baisse par rapport à celui de l’année dernière où il s’élevait à 30, 44%.

Selon le président général des jurys, la série A3 a  excellé avec ses 80% de taux de réussite pour dix candidats. Le département de la Bouenza a occupé le premier rang en terme de taux de réussite. « Ces résultats sont le reflet réel des élèves. J’ai amené un échantillon de téléphones portables où il y avait toutes les leçons, toutes les solutions des sujets qui avaient été données dans les différentes salles. Nous avons même été gentils parce que quand j’ai sillonné Lheyet Gaboka et Pierre Tsiété, beaucoup de candidats seraient dehors parce que nous avons rempli des cartons pleins de morceaux de papiers « Bébés Lili». Ils ne fonctionnent qu’à base des documents », a déploré Philippe Kimbembé Tsiangana.

C’est ainsi qu’il a interpellé les parents d’élèves sur la nécessité de prendre en charge les enfants qui n’étudient plus. Il a également attiré l’attention des pédagogues qui devraient prendre leur responsabilité. « Les enseignants qui évoluent dans les établissements publics sont les mêmes qui vont dans des écoles privées. Donc, les enfants évoluant dans les établissements publics sont souvent abandonnés au profit des écoles privées. Malheureusement, les établissements privés considèrent le baccalauréat comme un produit commercial. Ils utilisent des pédagogues pour encourager la fraude, mais nous avons procédé à un brassage qui faisait qu’aucun correcteur ne pouvait retrouver la copie d’un quelconque candidat, d’où ils ont été désarmés et nous avons là le résultat réel de tous nos élèves », a-t-il expliqué.

Rappelé en urgence après l’annulation de la session de juin, Philippe Kimbembé Tsiangana qui a quitté le poste de président général des jurys du BAC en 2009, a reconnu que les examens d’Etat sont entachés de fraude depuis 2010. Parmi les acteurs impliqués dans cette mauvaise pratique, il a épinglé les membres de la commission du choix des sujets dont la majorité entretient des centres d’encadrement, ainsi que les surveillants de salles. Il a également indiqué que près de 1 500 candidats libres ne s’étaient pas présentés dans les centres d’examens pour des raisons non élucidées. Signalons que ces résultas sont disponibles sur le site www.mycongoedusoft.net/home.html.

© Adiac-Congo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils