Congo – drame de Chacona : des ONG pour des sanctions contre les coupables

Vue du centre-ville de Brazzaville. Wikimedi

Vue du centre-ville de Brazzaville. Wikimedi

Un collectif d’Ong de défense des droits de l’homme a exigé, mercredi à Brazzaville, des sanctions disciplinaires et pénales contre les coupables de la mort de 13 jeunes garçons au commissariat de Chacona situé au nord de capitale.

Après s’être indigné de l’impunité dont bénéficient les policiers mis en cause, ledit collectif demande « des sanction disciplinaire et pénales à l’endroit des coupables », écrit-il dans une note transmise à la presse.

Il estime que « ce drame est un évènement tragique, de violation des droits humains, qui a endeuillé plusieurs familles ». S’appuyant sur le pacte international relatif aux droits civils et politiques qui stipule que « nul ne peut être arbitrairement privé de la vie », ces ONG recommandent aux autorités congolaises «d’établir les circonstances de ces décès et les responsabilités des uns et des autres ; d’ordonner des autopsies de tous les corps ; de demander que toutes ces autopsies soient menées par des médecins légistes indépendants, conformément aux normes internationales ».

Ce collectif « exige aussi la production de la liste de tous les morts et les portés disparus et que celle-ci soit rendue publique ; la destitution du procureur de la République ; (…) ; l’organisation d’une cérémonie officielle des funérailles pour les victimes de ce drame ».

Avec APA

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
ChaconaCongodrame de ChaconaONG

Related Articles

Zones économiques spéciales: Le projet congolais sera présenté au forum économique de Dubaï

Le Congo est invité à participer au forum économique de Dubaï, au mois d’avril. A cette occasion, le ministre des

Congo : 450 milliards FCFA pour la municipalisation accélérée de la Bouenza

Le président congolais, Dénis Sassou Nguesso, a lancé officiellement, mercredi à Madingou, chef-lieu du département de la Bouenza, au sud

Congo : 4 525 agents qui ne se sont pas présentés au recensement ne seront pas payés ce mois de février 2019

Le vice-Premier ministre congolais, chargé de la Fonction publique, de la réforme de l’Etat, du travail et de la sécurité

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils