Congo : Des questions sans réponse sur la rencontre avortée entre Trump et Sassou

Congo : Des questions sans réponse sur la rencontre avortée entre Trump et  Sassou

Les langues continuent à se délier à Brazzaville à la suite de la rencontre avortée entre le président élu, Donald Trump et Denis Sassou Nguesso, chef d’Etat du Congo. Beaucoup s’interrogent sur cette visite présidentielle annoncée en grande pompe, mais qui n’a finalement pas eu lieu.

Comment donc les stratèges du président du Comité de Haut niveau de l’Union Africaine sur la Libye ont-ils tenu à ébruiter la renconre Trump-Sassou?  « À moins que les principaux cadres qui se sont chargés de la gestion de cette mission délicate du chef de l’Etat congolais soient eux-mêmes des amateurs », s’ indigne un diplomate africain en poste à Brazzaville. Avant de s’interroger: “N’aurait-il pas été mieux de faire croire aux congolais que leur président se rend à Cuba, alors que son avion met bien le cap sur Miami? ».

À l’en croire, le seul communiqué dont s’est fendu Firmin Ayessa, le Directeur de cabinet du chef de l’Etat congolais , a alerté toutes les grosses oreilles des ONGs, presse (occidentales), des opposants congolais et internautes de la diaspora… Lesquels auraient joué un rôle determinant dans le volte face de Trump.

Alors que le tact aurait été de mise, l’interview, d’un ton triomphaliste, accordée par Thierry Moungalla (ministre de la communication) à RFI, a davantage fait flamber les réseaux sociaux. Son collègue des Affaires étrangères, Jean-Claude Gakosso, pourtant docteur en sciences et techniques de communication, a fait une sortie médiatique «inutile».

Joint mercredi soir, Jean-Claude Gakosso affirmait se trouver à Palm Beach, en Floride. « La patience est notre règle, le temps de la diplomatie n’étant pas celui des médias », a-t-il indiqué. Palm Beach c’est là, justement, où Donald Trump passe les fêtes, dans sa résidence de Mar-a-Lago.

À la suite de cette foireuse rencontre Trump-Sassou, la colère est à son comble dans les milieux du pouvoir à Brazzaville.

Des voix s’élèvent déjà pour exiger du chef de l’Etat congolais des sanctions.


Le Président Sassou prendra t-il le risque de grossir les rangs de ses renégats? Rien n’est moins sûr.

Avec AN


Tags assigned to this article:
SassouTrump

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils