Congo : des pro-Makoko dénoncent le harcèlement policier lié à la présidentielle

Congo : des pro-Makoko dénoncent le harcèlement policier lié à la présidentielle

Jean-Marie Michel Mokoko

Le général Jean-Marie Michel Mokoko, ancien chef d’état-major des forces armées congolaises

Dans une déclaration rendue publique le 06 mars à Brazzaville et lue par le chargé à la communication adjoint, Michel Rodriguez Abiabouti, la coordination nationale des comités de soutien  du candidat  Jean-Marie Michel Mokoko, a dénoncé le «  harcèlement policier »  dont est victime leur candidat.

« Depuis près d’un mois, c’est-à-dire depuis le 09 février 2016, date de son retour au pays pour y déposer son dossier de candidature à l’élection présidentielle du 20 mars, le général Jean-Marie Michel Mokoko, candidat déclaré fait l’objet d’un harcèlement policier dont le but manifestement est de l’empêcher de compétir », souligne la déclaration, avant d’ajouter, «  la coordination nationale des comités de soutien à la candidature du général Jean-Marie Michel Mokoko rappelle que la démocratie est basée sur l’art du compromis, comme il l’a annoncé dans son discours de candidature le 13 février 2016 au Palais des congrès : apaiser, rassurer et rassembler constituent la toile de fond, la triptyque de l’action qu’il entend entreprendre dans ce pays et dont l’avenir des Congolais, particulièrement les jeunes, est totalement compromis ».

Les militants de Jean-Marie Michel Mokoko  ont appelé les Congolais à la vigilance et à la mobilisation pour barrer la route à ces comportements anti-démocratiques tout en interpellant la population  à ne pas céder à la peur ni à l’intimidation.

 Jean Jacques Koubemba


Tags assigned to this article:
CongoMokokoPrésidentielle

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils