Congo – Débat sur la Constitution : les femmes de la C.A.D.D s’opposent au changement

Congo – Débat sur la Constitution : les femmes de la C.A.D.D s’opposent au changement
Une vue des membres du comité national de la CADD

Une vue des membres du comité national de la CADD

Le comité féminin de la Convention pour l’action, la démocratie et le développement (CADD) s’est réuni le 29 mars à Brazzaville. Les femmes ont échangé sur le thème « l’Alternance politique, une exigence démocratique ».

Dans la déclaration que ces femmes ont publiée à cet effet, elles ont rappelé que la CADD est la première force politique nationale à avoir dit non au changement de la Constitution du 20 Janvier 2002. Au regard du contexte international et national, ce comité a fait savoir  que le non changement de l’actuelle Constitution reste la seule façon de prévenir les conflits et de sauvegarder durablement la paix dans notre pays. Il s’agit d’observer le statu quo pour ne pas se heurter aux obstacles juridiques, politiques, diplomatiques et sociaux.

Pour les femmes de la CADD, la tentative de « changement anticonstitutionnel » de notre loi fondamentale serait une aventure sans issue pour le peuple et les institutions du pays. Elles ont invité le chef de l’État à observer un recul, à privilégier l’intérêt général, et à constater « l’impossibilité du changement de la  Constitution et même l’inopportunité de sa révision ».

S’agissant du dialogue, le comité féminin de la CADD a d’abord rappelé qu’il y a eu trois concertations dans notre pays notamment celle de Brazzaville en 2009, Ewo en 2011 et Dolisie en 2013.  Celles-ci n’ont malheureusement pas  donné les résultats escomptés étant donné que  toutes les résolutions prises à cet effet n’ont jamais été appliquées. Ces femmes ont réitéré l’appel du 29 mars 2014 à l’endroit de sa direction politique nationale qui doit clarifier sans délai ses relations avec le Rassemblement pour la majorité présidentielle (RMP).

Pour rappel, la Convention pour l’action, la démocratie et le développement  a été créée le 20 février 2002 à Nkayi dans le département de la Bouenza par André Okombi Salissa. En tant qu’organisation politique, elle compte actuellement un sénateur, un maire, un secrétaire de bureau du conseil départemental, un secrétaire de bureau du conseil municipal, soixante-trois conseillers départementaux et municipaux élus lors des élections locales du 28 septembre 2014. Elle est structurée dans tous les départements. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la célébration de la deuxième  Journée nationale  de la femme de la CADD.

© Adiac-Congo


Tags assigned to this article:
Congo

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils