Congo : compromis sur le mode de recrutement du coordonnateur du projet CAB

Congo : compromis sur le mode de recrutement du coordonnateur du projet CAB

Le ministre des Postes et Télécommunications, Thierry Moungalla, a eu une séance de travail, le 28 mai 2015 à Brazzaville, avec le représentant de la Banque mondiale, Dibrilla Issa

Le ministre des Postes et Télécommunications, Thierry Moungalla, a eu une séance de travail, le 28 mai 2015 à Brazzaville, avec le représentant de la Banque mondiale, Dibrilla Issa

Le représentant de la Banque mondiale, Dibrilla Issa, a affirmé le 28 mai, à Brazzaville que le recrutement d’un nouveau coordonnateur pour le projet Central african backbone est la responsabilité du ministère des Postes et télécommunications.

« Le ministère des Télécoms a un contrat de travail qui le lie avec le coordonnateur. Ce sont des questions contractuelles qui vont se gérer entre le ministère et le coordonnateur sortant », a déclaré le fonctionnaire international, à la suite d’une séance de travail avec le ministre Thierry Moungalla.

Il a indiqué que son institution et le ministère ont convenu d’un recrutement dans les plus brefs délais, d’un nouveau coordonnateur, selon les procédures très transparentes d’appel à candidature. « (…) cela permet d’avoir quelqu’un de qualifier qui puisse travailler sur le projet. D’ores et déjà, le ministre a déjà désigné un coordonnateur par intérim », a ajouté Dibrilla Issa.

En effet, s’agissant du personnel de l’unité de coordination du projet (UCP), l’accord de financement, faisant office de loi, précise clairement « service de consultants ». Il est clairement établi dans l’accord que le personnel de l’UCP est recruté et non nommé par le ministre. La résiliation du contrat doit respecter cette logique. Dans le cas contraire, un ministre pourrait décider selon son humeur.

En laissant agir ainsi, un membre du gouvernement, la banque fait peser un risque fort sur les autres contrats établis pour les projets cofinancés par la banque. Par ailleurs, le représentant de la Banque mondiale rassure sur le bon déroulement du projet à l’heure actuelle, selon les informations en leur possession. « Sur le déploiement de la fibre optique les travaux se déroulent normalement. Le projet est entré dans sa phase active avec des travaux d’infrastructure qui ont déjà commencé », a-t-il confirmé, saluant le dynamisme du partenariat avec le ministère des Télécommunications.

La question du financement additionnel a été soulevée, car il serait important de mobiliser suffisamment d’argent pour acquérir des infrastructures complémentaires estimées à 8 millions de dollars. Quant au ministre Thierry Moungalla, il a réaffirmé que le projet suit son cours normal, et que le gouvernement manifeste un intérêt à la réalisation du projet qui est entré dans la phase active avec les travaux de génie civile.

© Adiac-Congo


Tags assigned to this article:
Congofibre optique

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils