home Pointe Noire Congo : combien devrait débourser le Congolais à revenu moyen pour acquérir un logement ?

Congo : combien devrait débourser le Congolais à revenu moyen pour acquérir un logement ?

 logement au congo brazzaville
Image d’archive|© DR

Combien coûterait un logement social et quelles en seraient les conditions d’acquisition imposables ? Ce sont là autant de questions que se posent sans cesse les Ponténegrins.

La plus grande partie de la population ponténégrine serait mal logée dans les maisons construites en matériaux non durables, ce qui l’expose aux intempéries récurrentes que connait la ville.

Ce constat a poussé le gouvernement à adopter une politique sociale en matière d’accès facile au logement pour tout Congolais en annonçant la construction  des logements sociaux à Pointe-Noire, afin de permettre à la population d’avoir un logement décent et de se sentir propriétaire.

Toutefois, les conditions d’acquisition de ces logements restent au cœur de débats dans de nombreux ménages quant à leurs prix, surtout lorsqu’on voit le salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) des Congolais qui aujourd’hui est à 90.000FCFA.

Nombreux pensent que les logements sociaux sont destinés à satisfaire principalement les besoins en logement des personnes à ressources faibles ou modestes et les familles à revenus moyens et ne devraient pas coûter cher. «  A Brazzaville on a vu des logements à 65 millions. Comment un cadre qui gagne 422.000/mois peut-il occuper une telle maison en location acquisition, même s’il peut dégager 100.000F/mois soit 1,2 million/an ou 36 millions en 30 ans ? », s’est interrogé Georges Nguila, écrivain-chercheur.  

En effet, les conditions d’habitation dans la ville de Pointe-Noire, demeurent précaires, notamment chez les personnes pauvres. Certaines d’entre elles vivent dans des taudis, ce qui les exposent à plusieurs intempéries.

Afin de combler ce vide et de permettre aux personnes à revenus faibles ou modestes, d’accéder à un logement décent,  le gouvernement avait annoncé la construction  de 10.000 logements sociaux dans cette ville.

En 2013, le ministre des Affaires foncières et du domaine public, Pierre Mabiala, avait lancé les travaux de la commission d’enquête parcellaire, sur le site de « Socoprise », qui jouxte la base aérienne des Forces armées congolaises dans le cadre de ce projet «  il s’agit là de faire en sorte que le logement ne soit plus un problème de société au Congo. En effet, l’objectif est de construire dans la ville de Pointe-Noire 10 000 logements sociaux à la portée de toutes les bourses », disait le ministre ce jour-là.

Malheureusement, la réalisation de ce projet qui devrait entre autres, permettre aux personnes qui peinent à se loger de façon décente d’avoir une maison peine à voir le jour.

Rappelons que la ville de Pointe-Noire s’est développée d’une manière exceptionnelle et connait une forte croissance urbaine. Son secteur immobilier est en plein essor, ce qui attire de nombreux investisseurs publics ou privés, locaux tout comme étrangers. En dépit de cela, en matière de logement, la ville accuse  un déficit important qu’il faille combler. 

© Adiac-Congo

 

 

TAGS:
Photo du profil de Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils