Congo : Claudine Munari veut remporter l’élection et permettre aux congolais de trouver le bonheur

Congo : Claudine Munari veut remporter l’élection et permettre aux congolais de trouver le bonheur

Claudine Munari, candidate à la présidentielle

Claudine Munari, candidate à la présidentielle

L’ancienne ministre du Commerce, Claudine Munari qui dirige le Mouvement pour l’unité, la solidarité et le travail, (MUST) fait partie des candidats à l’élection présidentielle du 20 mars prochain au Congo Brazzaville. Mme Munari estime dans une interview accordée à Rfi que le Congo va mal et qu’elle veut jeter les bases d’un Congo où chacun trouvera sa part du bonheur.
C’est la première fois que Claudine Munari se présente à une élection présidentielle au Congo Brazzaville. La responsable du Mouvement pour l’unité, la solidarité et le travail (MUST) se présente comme la solution pour le Congo. Pour l’ancienne directrice du cabinet Lissouba, devenue ministre du Commerce du président Sassou, il y a une première fois pour toute chose.
« Il y a toujours une première fois. Cette candidature parce que mon pays va très mal. La pauvreté a atteint des proportions insupportables pour les familles. Je suis en train de jeter les bases d’un Congo où chacun trouvera sa part du bonheur », a déclaré Claudine Munari.
Mme Munari récuse toute accusation d’opportunisme venant de ses détracteurs et précise qu’elle a loyalement servi l’ancien Président Lissouba avant de partir en exil à la suite de la guerre civile. Elle rappelle avoir été élue députée à son retour dans la circonscription de Mouyondzi.
Celle qui a rompu les liens avec Sassou Nguesso seulement en Août 2015 dernier se dit être un candidat crédible dans l’opposition.
« Je suis très crédible. Quand le président a pris des décisions qui me paraissaient aller contre mon pays, c’est-à-dire changer la Constitution, j’ai dit que je ne pouvais pas participer à ce crime contre mon pays. Je suis partie ! J’ai donc posé les actes de démission. Le président de la République m’a sortie du gouvernement. Voilà », relate Mme Munari.
La candidate ne croit pas en une victoire de Sassou Nguesso dès le premier tour. Elle estime que le peuple est souverain et souhaite qu’on le laisse s’exprimer vraiment.
« Si le peuple choisit monsieur Sassou et que le corps électoral le prouve, je crois que je n’aurais rien à dire. Mais si c’est des élections traficotées dans les officines, alors là, non, je ne me tairai pas », déclare-t-elle.
Mme Munari ne veut pas être cantonnée dans le rôle de l’unique femme de l’élection présidentielle. Pour elle, il y a des problèmes sérieux qui se posent dans le pays et les femmes ont des problèmes sérieux.
« Quand on parle de préscolaire où les enfants seront pris en compte… ça ce sont des attentions qui vont permettre à la femme de prendre encore plus pleinement sa place dans la société… Mais il n’y a pas que ça, non. Il y a la formation, la formation qualifiante. Parce qu’aujourd’hui on est en train d’étourdir les enfants avec la formation diplômante. Mais ce dont nous avons besoin c’est la formation qualifiante. Il faut que quand nos enfants sortent de l’école ils aient un savoir-faire. Et qu’ils produisent demain ce que nous consommons. Parce que vous voyez, en vivant de l’importation comme nous le faisons, ce sont nos emplois que nous envoyons ailleurs… », déclare la patronne du MUST.
En cas de victoire à l’élection, Claudine Munari compte inscrire, même dans la Constitution une obligation faite aux sociétés qui travaillent au Congo de mettre dans les cahiers des charges le transfert de technologies.
« Et ça, ça obligera les sociétés à avoir une intention toute particulière pour la jeunesse congolaise », explique-t-elle.
Le premier tour de la présidentielle a lieu le 20 mars prochain. Neuf candidats sont en lice dont le président sortant Denis Sassou Nguesso.


 


Tags assigned to this article:
Claudine MunariCongo

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils