home Congo, Pointe Noire Congo : cinq faux militaires présentés à la presse

Congo : cinq faux militaires présentés à la presse

Responsables d’horribles exactions  à mains armées causées sur les citoyens à Pointe-Noire, ces malfaiteurs ont été présentés à la presse ce lundi 22 mai par les responsables de la Police congolaise en présence du substitut du procureur de la République, Brice Mbon. Etaient présents: le directeur général de la police, le général Jean François Ndenguet et le commandant de la zone militaire de défense n°1, le général Jean Olessongo Ondaye.

Il s’agit de deux  étrangers et trois Congolais, notamment  Oko Germain Mesmin (Alias Méso), militaire rayé des effectifs de l’armée depuis quelques années, chef  et  cerveau penseur de toutes les opérations menées par son groupe ; Destin Kekona de profession douanier, Mbola Dimi Adrien, technicien supérieur en économie ; Sita Benjamin chauffeur mécanicien de nationalité camerounaise ; Moussa Mamadou originaire de la République démocratique du Congo, et Sita Benjamin.

Expliquant le mode opératoire de ces délinquants au directeur général de la police, le colonel Serge Pépin Itoua Poto a signalé que ces bandits, opportunistes et bien organisés, se servaient d’un contexte politique national en vue de justifier  leur  entrée brutale   dans les domiciles de leurs victimes. Ils parlaient audacieusement d’une perquisition ordonnée par la présidence de la République. Munis d’armes de Kalachnikov, d’arraches clou, de couteaux militaires, coiffés de bérets rouges et vêtus en uniformes militaires, ils se passaient pour des officiers de l’armée régulière.

« Le groupe dénommé Alias Kabila opérait entre six heures et huit heures de la journée. Un groupe qui n’a jamais agi aux hasard, Après avoir atteint leur objectif, ils louaient des véhicules de luxe. Cette forme de banditisme consistait à faire irruption dans un domicile pour ligoter ses occupants avant de procéder au pillage systématique des sommes d’argent et de tous les objets de valeur trouvés sur les lieux », a -t-il indiqué.
 

Signalons que c’est grâce à l’un des cameras non arrachés par ces malfrats que la force publique a pu remonter la filière en vue d’identifier les auteurs de ces actes criminels. Depuis quelques mois, la ville de Pointe-Noire a été le théâtre d’une série d’actes de braquages spectaculaires traumatisant les paisibles populations. Les efforts de la force publique servent à nettoyer une fois de plus l’image de celle-ci souvent ternie par certains citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils