Congo – CFCO : reprise attendue de la circulation des trains entre Pointe-Noire et Brazzaville

©DR

Le trafic ferroviaire entre les deux plus grandes villes du pays, interrompu depuis environ deux ans, n’est pas encore rétabli. Les travaux de réhabilitation des ouvrages d’art détruits du fait de l’insécurité dans le Pool se trouvent en phase terminale. Les équipes techniques de la compagnie s’emploient aux derniers réglages en vue de la relance de la circulation des trains.

Entreprises depuis quelque temps par la compagnie ferroviaire, les opérations de désherbage du tronçon dans le Pool sont presque achevées, selon une source proche du dossier. 

Le Chemin de fer Congo Océan (CFCO) était considéré dans le passé comme l’épine dorsale de l’économie nationale. Il représente une entité importante reliant la façade maritime et la partie septentrionale du pays.

Nonobstant la présence de la route nationale n°1, la voie ferrée demeure un mode de transport stratégique en ce qui concerne le transit des marchandises de grand tonnage. Elle permet, en effet, de desservir certaines localités enclavées situées dans le Pool ainsi que dans d’autres départements. 

La rupture du trafic entre Pointe-Noire et Brazzaville présente des conséquences néfastes sur l’équilibre macroéconomique du pays. Cette interruption consécutive à la destruction des ponts entre les gares de Loulombo et Kinkembo a paralysé la circulation des trains entre les villes de Loutété, dans la Bouenza, et Brazzaville.

Les travaux de réfection des ouvrages endommagés ont porté, entre autres, sur le ferraillage et le bétonnage, l’enrochement et le recadrage des lits des cours d’eau, le ballastage et le nivellement de la voie, l’engazonnement des talus, l’exécution des soudures, la construction des caniveaux. 

Le retour progressif du climat de paix et de sécurité dans le Pool devrait conforter la relance du trafic ferroviaire dans cette partie du pays, en proie jusqu’à l’année dernière aux violences armées.

L’accord de cessez-le-feu et de cessation des hostilités dans le Pool, conclu le 23 décembre 2017, entre le gouvernement et le pasteur Ntoumi, a balisé le chemin du retour de la paix dans cette région.

A ce jour, plusieurs clauses de cet accord ont été exécutées, notamment la création de la commission ad hoc mixte paritaire, la levée du mandat d’arrêt lancé contre le pasteur Ntoumi, le retrait des éléments de la force publique dans certaines localités du Pool, le lancement de l’opération de ramassage des armes et munitions de guerre, la libre circulation des personnes et des biens.

L’interruption du trafic dans le Pool cause de sérieuses difficultés financières au CFCO dont les agents cumulent actuellement plusieurs mois d’arriérés de salaires. La reprise de la circulation des trains entre Pointe-Noire et Brazzaville devrait permettre à cette société publique de disposer d’une certaine marge de manœuvre pour pouvoir faire face à ses charges.

Christian Brice Elion

Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale


Tags assigned to this article:
BrazzavilleCFCOCongoPointe Noire

Related Articles

Brazzaville : une grève des agents municipaux empêche la levée des corps

Déclenchée le 18 août dernier à Brazzaville par la plateforme des syndicats des mairies du Congo, la grève des agents

Afrique: le Congo Brazzaville parmi les 16 pays les plus sécurisés

Quinze pays africains dont le Congo Brazzaville se trouvent dans la catégorie des pays «à faible risque» sécuritaire, souligne le

Congo – France : Passe d’armes entre les porte-paroles des deux gouvernements

Même si la tension qui jamais n’était montée, semble apaisée à Brazzaville suite au tweet du ministre Benjamin Griveaux, personne

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils