home Afrique, Cameroun Congo-Cameroun: des experts vont examiner le tracé des frontières

Congo-Cameroun: des experts vont examiner le tracé des frontières

Image d’archive|DR
Image d’archive|DR

Les questions des limites au niveau des frontières feront l’objet d’une réunion biopartite entre le Cameroun et le Congo en octobre prochain, a annoncé l’ambassadeur du Cameroun au Congo, Komidor Njimoluh, le 31 mai, à l’issue d’une séance de travail avec le ministre délégué à la décentralisation et au développement local, Charles Ngamfouomo.

Cette réunion qui regroupera les experts des deux pays, selon le diplomate camerounais, sera consacrée exclusivement à l’examen et au constat au niveau des frontières entre le Congo et le Cameroun. « En octobre prochain, sur proposition du Cameroun, j’espère que le Congo est de même avis, les deux pays vont organiser une réunion sur le constat des frontières héritées de la colonisation », précise l’ambassadeur du Cameroun au Congo, Komidor Njimoluh.

A cette même occasion, ces experts examineront de manière approfondie, la disposition des traditionnelles limites qui séparent le Congo et le Cameroun. Après quoi, un consensus sera trouvé, avant d’effectuer un constat de terrain, devant permettre, s’il y a lieu, de redresser et/ou de rétablir lesdites limites au niveau des frontières, telles qu’établies par les puissances coloniales.

L’objectif visé par les deux Etats est de mener une démarche consensuelle, afin de permettre à chaque partie la meilleure maitrise des frontières, souvent objets de conflits de par le monde.

 Rappelons que c’est le ministre Charles Nganfouomo qui a boosté la coopération entre le Congo et le Cameroun, dans le cadre du jumelage entre les villes de Sangmélima et celle de Souanké, dans le cadre de la décentralisation », a renchéri Komidor Njimoluh.

Repondant aux préoccupations des journalistes sur la grippe aviaire qui sévit  dans la ville de Yaoundé, le diplomate camerounais a rassuré que la situation est déjà sous contrôle et que le Congo ne pourra pas être atteint de cette maladie qui détruit l’élevage.

Firmin Oyé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils