home Politique Congo : brève interpellation de six dirigeants d’opposition

Congo : brève interpellation de six dirigeants d’opposition

Clément Miérassa et Guy-Germain Kinfoussia
Clément Miérassa et Guy-Germain Kinfoussia

Six dirigeants de l’opposition congolaise à la tête de la campagne contre le référendum constitutionnel de dimanche au Congo ont été brièvement interpellés par la police mercredi à Brazzaville, selon des sources concordantes.

Les six opposants appartiennent au Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (Frocad), une des deux coalitions dénonçant comme un coup d’État constitutionnel le référendum de dimanche, qui pourrait permettre au président Denis Sassou Nguesso de se représenter en 2016.

Selon le Frocad, les six opposants, Clément Miérassa, Guy-Germain Kinfoussia, Marion Mandzimba, Henri Boukoulou, André Ngalibaki et Emmanuel Boungouandza, ont été arrêtés au siège de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), dans l’ouest de Brazzaville, alors qu’ils s’apprêtaient à donner une conférence de presse.

L’UPADS est le premier parti d’opposition et la principale composante du Frocad.

Selon une source policière, les opposants interpellés ont été menés à la direction générale de la police. Il leur était reproché d’avoir été vus mercredi avec des militants qui portaient des cocktails Molotov.

Tous les six ont comparu devant le procureur de la République, qui a demandé leur libération mais a ordonné à quatre d’entre eux de se présenter devant lui jeudi.

Des témoins ont indiqué à l’AFP avoir vu sortir les six opposants libres en fin d’après-midi.

Lors d’une conférence de presse, le coordinateur du Frocad, Paul-Marie Mpouélé, a demandé que la Force publique soit républicaine, qu’elle se calme pour que la politique reprenne le dessus.

La force publique, a-t-il ajouté, accompagne librement les partisans du changement de la constitution et nous empêche de nous exprimer.

Il appartient au président de la République d’apaiser le Congo, a encore déclaré M. Mpouélé, appelant M. Sassou Nguesso à simplement retirer le projet de Constitution qui a, selon lui, profondément divisé les Congolais.

Quatre personnes au moins ont été tuées mardi à Brazzaville et à Pointe-Noire, capitale économique du Congo, dans le sud du pays, lors de violences ayant éclaté après l’interdiction des rassemblements publics alors que l’opposition appelait à la désobéissance civile à partir de mardi pour faire échouer le référendum.

Par l’AFP

TAGS:
Photo du profil de Léon Samba

Léon Samba

Responsable des publications pour IciBrazza.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils