Congo – Brazzaville : Une béninoise condamnée à 30 ans de prison pour trafic d’enfants

Congo – Brazzaville : Une béninoise condamnée à 30 ans de prison pour trafic d’enfants

De nationalité béninoise, âgée de 54 ans, Tarou Abibatou a été condamnée le jeudi 18 mai par contumace  à trente années de travaux forcés pour traite d’enfants. Ce verdict a été prononcé lors de l’une des audiences de la session criminelle de Pointe-Noire sur l’affaire opposant ladite condamnée d’une part et le ministère civil avec l’Association ALTO d’autre part.

Cette affaire a été portée devant les tribunaux par l’association Action pour la lutte contre la traite des enfants de l’Afrique de l’ouest et du centre(ALTO). Ainsi pour la justice,  Tarou Abibatou est condamnée pour déplacement frauduleux du Bénin au Congo d’un jeune garçon âgé de dix ans en se faisant fabriquer des faux documents en vue de faciliter l’entrée de ce dernier en République du Congo. Ces faux documents portent des faux  cachets et signatures des autorités congolaise et béninoise. Parmi ces documents, il y a notamment un acte de naissance, un laissez-passer, une  déclaration de perte de passeport, une autorisation parentale.

Interrogé après le verdict, le président de l’association ALTO, Paraiso Paka Abdou Raimi Vincent a expliqué que son association est satisfaite de cet arrêt de la cour criminelle de la ville océane, en vue de donner un temps fort et  tracter toutes  personnes impliquées de traite ou de trafic d’enfants devant les juridictions compétentes. «Sur une centaine de plaintes que l’association ALTO a déposées  depuis sa création en 2006, celle-ci est la première qui a conduit à une condamnation. La Cour criminelle  a prononcé une sentence très dure qui pourra décourager les trafiquants d’enfants. Ainsi, malgré les menaces des trafiquants à l’égard  des membres de l’association, la lutte contre la traite et le trafic  des enfants constituera toujours notre combat grâce à l’appui du gouvernement de la République, des autorités judiciaires et policières de la ville et celui de l’ambassade des Etats-Unis au Congo », a-t-il indiqué.

L’enfant victime vit actuellement dans une famille d’accueil sous ordonnance de placement provisoire n°1120 du 30 décembre 2016 du tribunal pour enfant de Pointe-Noire. La traite de personnes constitue une infraction prévue et punie par l’article 115 de la loi n°4/2010 du 4 juin 2010 portant protection de l’enfant en République du Congo, qui stipule : (Est puni des travaux forcés à temps et d’une amende de un million à dix millions de francs CFA, quiconque se livrera à la traite, à la vente, au trafic ou à toutes les autres formes d’exploitation de l’enfant quel que soit le mobile). Cette même infraction est punie par les articles 147, 148, 150,151 du code pénal. La République du Congo compte parmi les pays qui ont ratifié divers textes nationaux, régionaux, sous-régionaux et internationaux afin de lutter contre la traite des personnes en particulier des femmes et des enfants.


Tags assigned to this article:
CongoPointe Noire

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils