Congo : Brazzaville sous le poids des érosions

Erosions à Brazzaville: la population de Ngamakosso en voie d'être coupée du reste de la ville

Erosions à Brazzaville

L’expansion urbanistique non concertée de nos villes entraîne des problèmes d’érosion, dus pour leur plus grande part à l’élimination du couvert végétal qui fixe les sols. Malgré les travaux pharaoniques entrepris par le gouvernement pour lutter contre ce phénomène, il ne cesse de prendre de l’ampleur.

Dans la capitale congolaise, les pluies intempestives accroissent les érosions des sols, menaçant habitations, quartiers, canalisations, etc. Auparavant perçue comme une manne du ciel, bien que nécessaire, la pluie constitue désormais une menace pour les Brazzavillois. Nul n’est épargné.

Les érosions sont dues au lotissement anarchique, au déboisement, à l’insuffisance des systèmes de drainage des eaux pluviales, à la défectuosité de communication sur leur problématique, à la caducité du plan de développement urbain.

Le gouvernement congolais a lancé, en juillet 2011, un projet de lutte contre les érosions, glissements de terrain et autres phénomènes naturels dus à l’occupation anarchique des terres. Intitulé « Aménagement des bassins versants et stratégies de lutte contre l’érosion hydrique à Brazzaville », ce projet a été mis en œuvre et vise un aménagement intégré durable des terres urbaines et périurbaines de la ville. Mais les résultats, à ce jour, ne sont toujours pas palpables.

Les zones d’érosions se multiplient

Au départ sectoriel, ce phénomène gagne du terrain, causant au passage des pertes en vies humaines et d’énormes dégâts matériels. Dans les quartiers Ngamakosso, Massengo, Kombo-Matari, Maman-Mboualé, Jacques-Opangault, Mikalou, Emeraude, Casis, Kahounga, Mfilou ou Moukondo, Mouhoumi, Sadelmi, Kinsoundi, Moukoundji-Ngouaka, Mayanga… les habitants vivent la peur dans le ventre pendant la saison des pluies, au prix d’abandonner leurs maisons.

En attendant une évaluation précise, il est possible d’anticiper les besoins, en cherchant des solutions pour sauver les habitations à risque et en mettant en place des abris d’urgence. Pour ne pas en arriver là, la population tente, tant bien que mal, de faire face à ce phénomène, très difficile à maîtriser par la seule volonté des particuliers. Pour empêcher l’évolution des érosions, les habitants font recours aux sacs de ciment bourrés de sable, aux pneus usés, ainsi qu’aux ordures ménagères.

Outre l’insuffisance de politique d’aménagement en matière de systèmes de drainage des eaux pluviales, on peut déplorer que les canalisations ne soient pas toujours curées à temps. Toutefois, les autorités sont pointées du doigt, car la résurgence de cette calamité naturelle est aussi la conséquence directe des chantiers abandonnés par l’Etat. La population riveraine dénonce, pour cela, l’inertie des pouvoirs publics qui, selon elle, n’ont pas su financer jusqu’à terme la réalisation effective des travaux.

Pour y remédier, un comité interministériel chargé de gérer le problème des érosions à Brazzaville et à Pointe-Noire a été mis en place en juin dernier. Une ligne budgétaire (un milliard F CFA) a été prévue dans la loi de finances exercice 2018, pour résoudre ce problème dans les grandes villes. Une enveloppe qui ne fera certainement pas le poids au regard de l’envergure de la situation sur le terrain. En effet, le gouvernement est critiqué par la population vivant dans ces quartiers précaires, car depuis la reprise de la saison des pluies, aucune réponse concrète et pratique n’a été observée.

Des canaux de drainage en construction à Ngamakosso

Pour mieux résister aux érosions devenues monnaie courante dans ce quartier, situé dans le 6e arrondissement de Brazzaville, l’entreprise CRBC (China road and bridge corporation) a débuté la construction des canaux de drainage.

Les habitants de Ngamakosso ont été touchés de plein fouet par les érosions et inondations, ensablements, conséquences des pluies diluviennes qui se sont abattues ces derniers jours dans la capitale, laissant au passage des sans-abri, des pertes très lourdes de matériel, etc., pour une population à majorité pauvre.

La principale voie d’accès quasiment coupée, les habitants sont aujourd’hui obligés d’effectuer des transbordements pour joindre l’un et l’autre bout du tronçon.

Emeraude : une érosion à pas feutré

Depuis le début des années 2000, l’érosion dans ce quartier de l’arrondissement 9, Djiri, ne cesse de prendre de l’ampleur, même si elle a été ralentie grâce aux remblais réalisés par l’Etat, pendant cinq ans en vain. Jadis un quartier populaire, mais sinistré aujourd’hui à cause d’une érosion qui a emporté les habitations, l’école spéciale Case-Vincent, l’école Emeraude – don de la société pétrolière Elf Congo.

Non loin de là, le lycée Thomas-Sankara, dont le mur est régulièrement menacé par l’érosion, ainsi que le Centre inter-Etats d’enseignement supérieur en santé publique d’Afrique centrale ne sont pas épargnés.

La voie reliant ce quartier à Moukondo est actuellement très endommagée, malgré les engagements pris publiquement par le gouvernement de finaliser les travaux. Pour cause : l’ouvrage de canalisation déjà construit s’affaisse, parce que corrodé par l’érosion.

La voie de la station terrienne de Moungouni quasi-inexistante

A Massengo, sur la route menant à la station terrienne de Moungouni, le constat est alarmant. Cette route se comportait pourtant bien, avant que l’Etat n’engage des travaux d’aménagement. Sa destruction est préjudiciable pour les maisons riveraines dont elle sert de rempart. Malgré une route de contournement née de la volonté des habitants de ce quartier, où presqu’aucune rue n’est praticable en voiture et tricycle, à cause des érosions, cette solution intermédiaire ne rassure pas les conducteurs et même la population.

Josiane Mambou Loukoula
Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale


Tags assigned to this article:
BrazzavilleCongoérosionsMassengoNgamakosso

Related Articles

Les Etats-Unis disposés à soutenir le Congo dans la diversification économique

Le nouvel ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique au Congo, Todd Haskell, a réitéré, le 25 juillet, la volonté de son pays

Pointe-Noire : un jeune homme meurt subitement en pleine rue

Un vendeur ambulant de poulets sautés a succombé brusquement en pleine activité, le 10 avril, au quartier Mbota Raffinerie de

Congo : Ecair, ces charges salariales trop élevées qui ont précipité sa faillite

401. 618. 028 (quatre cent et un millions six cent dix huit mille vingt huit) Francs CFA, c’est le montant

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils