home Art & Culture Congo – Brazzaville : l’Ivoirienne Hyllen Legre élue Miss Fespam 2015

Congo – Brazzaville : l’Ivoirienne Hyllen Legre élue Miss Fespam 2015

l’Ivoirienne Hyllen Legre élue Fespam 2015
l’Ivoirienne Hyllen Legre élue Miss Fespam 2015

La huitième édition de l’élection Miss festival panafricain de musique (Fespam) a mis en compétition treize candidates pour trois prix à savoir Miss Fespam, première et deuxième dauphines. La soirée a eu lieu dans la salle de banquets du palais des Congrès, le 21 juillet 2015, sous le patronage du ministre congolais de la Culture et des arts, Jean Claude Gakosso. À ses côtés, l’ambassadeur du Congo à Cuba et la représentante du ministre de la Culture et des arts de la République démocratique du Congo (RDC).

Présidée par Chantal Ickonga-Akindou, l’élection Miss Fespam 2015 a réuni treize demoiselles respectivement miss dans leur différents pays d’origine, excepté la Côte-d’Ivoire qui s’est fait représenter par sa première dauphine, la miss étant empêchée. Il s’est agi, entre autres, des miss des pays suivants : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Centrafrique, Congo- Brazzaville pays hôte, RD Congo, Côte-d’Ivoire, Gabon, Guinée Conakry, Mali, Rwanda et Tchad.

Après quatre sorties en tenues décontractée, de vérité ou bikini, traditionnelle et tenue de soirée, les treize candidates ont été soumises à la rude épreuve des questions-réponses. Une autre étape qui serve à évaluer intellectuellement les candidates. Le jury international était composé de six membres et présidé par Claure Kombo, directeur général du livre et de la lecture publique au ministère de la Culture et des arts de la République du Congo.

Résultats du concours

Mama Aïsata Diallo, miss Guinée Conakry, 19 ans, 1,55m pour 55kg, étudiante en première année sciences et responsable d’une organisation non gouvernementale (ONG) Miss humanitaire, a été choisie deuxième dauphine Miss Fespam 2015. La miss gabonaise, Christine Pitty, 22 ans, 1,72m pour 54kg, étudiante en première année de droit, maquilleuse depuis l’âge de 3 ans, a été choisie première dauphine Miss Fespam. Et enfin, Hyllen Legre, métissée de père ivoirien et de mère algérienne, 23 ans, 1,78m, 69 kg, étudiante en communication (préparation de master), miss Côte d’Ivoire et première dauphine miss Côte- d’ivoire, double fois championne de karaté, a été élue Miss Fespam 2015.

« Je suis fière d’être l’ambassadrice de la beauté ivoirienne au Congo et surtout de la beauté africaine. Nous sommes toutes belles, car toutes les filles qui étaient-là ce soir sont déjà des miss respectivement dans leur pays. C’est donc une fierté pour moi, car je suis seulement la première dauphine de mon pays et je suis élue miss Fespam 2015 face à des miss à un niveau très élevé. J’espère que le président de la République de Côte d’Ivoire, qui est en séjour de travail en République du Congo, sera satisfait de ma prestation et sera fier de moi. »

Avant d’ajouter qu’elle essayera de ne pas décevoir les personnes qui la soutiennent. « J’ai différents projets à commencer par celui avec une ONG visant à dénicher les talents dans les domaines culturel et sportif afin de les amener à un niveau professionnel. J’ai un autre encore qui me tient particulièrement à cœur, celui d’aider les mères jeunes à ne pas confier leurs enfants à quelqu’un ou à les mettre en adoption pour qu’elles puissent travailler ou aller à l’école et éduquer leurs enfants. »

Hyllen Legre succède à la Rwandaise Aurore Umutesi Kayibanda, Miss Fespam 2013. Cette dernière avait reçu une enveloppe de trois millions de FCFA plus un billet d’avion Kigali-Paris-Kigali. Par ailleurs, jusqu’à la fin de la soirée, aucune promesse n’a été faite pour la miss Fespam 2015.

La soirée a été animée par l’artiste Bozi Banz et le comédien franco-congolais Phil Marwin à la fois maître de cérémonie.

Rappelons que peu avant la tenue de cette compétition, les treize candidates ont été reçues par le ministre de la Culture et des arts, qui leur a prodigué quelques conseils, notamment sur la bonne tenue, et surtout de sentir à l’aise pendant la série des questions-réponses.

© Adiac-Congo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils