Congo – Brazzaville : Les 11èmes jeux africains, la politique et l’économie au menu de la presse congolaise

Congo – Brazzaville : Les 11èmes jeux africains, la politique et l’économie au menu de la presse congolaise
Image d’archive|AFP

Image d’archive|AFP

Les journaux paraissant à Brazzaville ont axé leurs commentaires sur les dispositions en cours pour faire échec au dopage lors des 11èmes Jeux africains de septembre 2015 à Brazzaville, les signes avant-coureurs d’un putsch de palais et le débat sur la tenue d’un dialogue ou d’un référendum, dans la perspective d’une modification de la constitution du 20 janvier 2002.

Les rumeurs sur un détournement de 100 milliards de FCFA des caisses de l’Etat congolais ont également intéressé certains journaux, à  l’instar de
l’hebdomadaire  »Le Pélican » qui accuse le ministre congolais des Finances, Gilbert Ondongo, d’avoir perpétré ce forfait pour avoir  »ordonné un dégrèvement du montant des impositions à  l’endroit des sociétés de téléphonie mobile.Selon le journal, ce dégrèvement, ordonné à  dessein, a fait perdre à  l’Etat congolais près de 100 milliards de FCFA, une somme qui, selon  »Le Pélican » aurait profité au ministre des Finances. »Les Dépêches de Brazzaville » ont évoqué la lutte contre le dopage qui s’organise dans la perspective des Jeux africains que la capitale congolaise va abriter en septembre 2015.

« Jeux africains de Brazzaville: la lutte contre le dopage en ligne de mire », titre le quotidien, qui révèle que le ministère congolais des Sports, en partenariat notamment avec l’organisation régionale antidopage, est en train de tout mettre en Å“uvre pour améliorer les techniques de contrà´le dans toutes les disciplines.

« L’objectif visé et de bannir la tricherie »et « favoriser une compétition sans dopage », soulignent « Les Dépêches ».

Au plan politique, l’hebdomadaire « Le Pélican » note une certaine agitation autour du dialogue ou du référendum dont le tenue est envisagée dans le pays, dans la perspective d’une modification de la constitution du 20 janvier, destinée à  permettre au président Denis Sassou Nguesso de se maintenir au pouvoir après la fin de son dernier mandat en 2016.

L’hebdomadaire relève des prises de positions tranchées chez des proches du pouvoir, donnant l’impression d’un coup d’Etat de palais en gestion. « Coup d’Etat de Palais en gestation ou manÅ“uvre de Sassou » ? interroge-t-il.

Alors que son confrère « Le Patriote » dénonce  » l’hypocrisie et la roublardise politique au Congo ». Selon l’hebdomadaire  » la pratique politique au Congo souffre de plusieurs maux dont principalement l’hypocrisie et la roublardise ».

« Au sein des alliances ou regroupements politiques, le devoir de sincérité est totalement phagocyté par les calculs politiciens », affirme « Le Patriote » qui en veut pour preuve ce qui se passe au sein de certaines formations politiques telles que le MCDDI (Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral), l’UPADS (Union panafricaine pour la démocratie sociale) ou le RDD (Rassemblement pour la développement et la démocratie).

Au sein de ces formations politiques, « on s’entredéchire pour manque de sincérité », souligne-t-il.

Par l’APA


Tags assigned to this article:
CongopresseRevue

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils