home Congo Congo – Brazzaville : Kintélé et ses installations sportives ultramodernes

Congo – Brazzaville : Kintélé et ses installations sportives ultramodernes

Kintélé à Brazzaville
Kintélé et ses installations sportives ultramodernes

Nous avons eu la chance de visiter les installations sportives ultramodernes qui sont en cours de construction à Kintélé pour accueillir les 11eme Jeux Africains de septembre 2015.

Le site de Kintélé qui est le plus grand et le plus équipés de la ville comporte :

  • un stade football de 80 000 places et qui va recevoir les cérémonies d’ouverture et de fermeture;
  • un palais de sport ;
  • un complexe nautique,
  • un centre de presse avec des bureaux et des salles de conférence ;
  • un centre d’accueil des sportifs, des officiels et des arbitres ;
  • des immeubles de bureau, des restaurants, des salles d’exposition, des salles d’entrainement, des services publics et administratifs, etc.

Les travaux d’aménagement de voirie qui sont encore en cours, empêchent encore les visiteurs de profiter de tout le potentiel de ce site. Mais on peut déjà apprécier la qualité exceptionnelle de ces ouvrages à l’échelle du continent. Le Congo a investit plusieurs centaines de milliards de f cfa pour se doter de ces équipements et une fois les travaux complètement achevés on aura peut-être l’une des réalisations les plus abouties du président SASSOU N’GUESSO.

Le stade qui est réalisé a plus de 90%, avec ses 80 000 places décorées aux couleurs du Congo est une véritable merveille. J’ai eu la chance de fouler la pelouse, même celle du stade de France est « petit » pour reprendre une expression ivoirienne. Moi qui critique souvent l’architecture chinoise, je trouve la couverture du stade assortie avec celles du palais de sport et du complexe nautique assez réussis avec le dessin en forme ondulé.

Cependant, en toute objectif, quand on a fini de s’extasier sur ces ouvrages, on se pose toute de suite la question de l’entretien, de la rentabilité et de la pérennité du site une fois la fête passée.

Que vont devenir, en effet, ces équipements? Qui va prendre en charge les milliards nécessaires à leur entretien ? Quelles activités y organiser pour les rentabiliser ou générer suffisamment de ressources pour couvrir les frais d’entretien ?

Du côté du Ministère de l’Aménagement du Territoire et de la Délégation Générales aux Grands Travaux MATDGGT on annonce avoir signé des accords avec une société experte dans la gestion des manifestations et des installations sportives pour former des jeunes congolais à la gestion des équipements sportifs.

Cela suffira-t-il? Lorsque l’on sait que la formation ne donne que les bases du métier et surtout, on peut se poser la question si les futurs gestionnaires auront les moyens de mettre en pratique ce qu’ils auront appris.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Brésil a le même problème avec les nombreux stades qui ont été construits pour accueillir la coupe du monde de 2014. Nombres des couteux stades qui ont été construit ne sont que partiellement ou plus du tout utilisés. On a d’ailleurs assisté dans ce pays à des mouvements de protestation parce que de nombreux brésiliens, sans être forcement contre le fait que leur pays accueille cet événement de premier plan, ne comprenaient pas qu’on investisse autant d’argent (prés de 11 milliards de dollars) pour construire des stades qui pour la plupart n’allaient servir que pour la Coupe du Monde, alors que les services publics indispensables au quotidien attendaient toujours que les investissements nécessaires.

Comme au Brésil, beaucoup de congolais s’interroger, à défaut de s’indigner, sur l’opportunité d’un tel investissement fusse-t-il pour honorer les engagements du pays. On peut trouver toutes les justifications du monde, n’en demeure pas moins que dans un pays où tout est priorité (en matière de santé, d’éducation, d’emploi, etc.) que l’Etat consacre des centaines de milliards de fcfa pour un événement sportif qui ne va durer que trois semaines peut choquer et interroger. C’est d’autant plus vrai que les jeux auront un impact limité sur l’économie du pays et n’aura quasiment aucun effet sur les conditions de vie des populations.

On peut effectivement en débattre, mais au moins les ouvrages et les équipements sont là, prêt à accueillir des jeux qui vont mettre en lumière notre pays. Très peu de pays sur le continent ont été capable d’organiser des manifestations d’une telle importance. Le Congo en l’espace de 50 ans avec ses moyens limités y sera arrivé à deux reprises. C’est la preuve que quand le congolais veut, il peut.

Comme l’a rappelé il y a quelques jours, le chef de l’État  à son retour de Paris, les congolais doivent se mobiliser pour faire de ce rendez-vous une réussite. En tout cas, du côté des installations le Congo sera prêt en vue de ce que nous avons vu.

(Avec © URBANISEC1)

TAGS:
Photo du profil de Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.

2 thoughts on “Congo – Brazzaville : Kintélé et ses installations sportives ultramodernes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils