Congo – Brazzaville : Désormais, un ministre, un champ!

Congo – Brazzaville : Désormais, un ministre, un champ!

C’est le mot d’ordre qui vient d’être lancé ce 29 juillet à Brazzaville au cours d’un conseil des ministres. Le président Denis Sassou N’Guesso a demandé à chaque membre du gouvernement d’entreprendre, avec ses émoluments, des activités agricoles, non pas seulement pour donner l’exemple aux populations, mais aussi pour participer à la consommation nationale.

Avec le peu que vous gagnez, faites un jadin potager par-ci, un champ de manioc par-là, une plantation d’arbres fruitiers un peu plus loin et pourquoi pas un élevage de porcs, de boeufs et de poissons. Le chef de l’Etat a ainsi exhorté ses collaborateurs, membres du gouvernement, à ne plus mépriser la terre, mais à la considérer comme la mère nourricière.

Avec leurs gros émoluments, les ministres ne sont pas obligés d’acheter une houe ou une bêche pour se jeter dans l’agriculture quand ils ne sont pas au cabinet pour signer les papiers, mais d’engager des ouvriers qui se retrouveront aisément dans leur métier de la terre.

Un peuple qui ne produit pas ce qu’il consomme, n’est pas un peuple libre, disait Sassou N’Guesso, alors très marxiste dans les années 1980. C’est à cette époque qu’il parlait d’autosuffisance alimentaire d’ici à l’an 2000, tenant de cultiver quelques tomates sur l’Ile Mbamou.

Mais, avec le temps, la fameuse traversée du désert à Oyo, le chef de l’Etat s’est révélé, lui aussi avec ses émoluments et sa pension de retraite, un vrai agriculteur et éleveur. A Opikania, à quelques encablures de Oyo, il a fait elever un vrai ranch où naissent et vivent des boeufs, des moutons et surtout des chevaux. Un expert de Asperbras nous avait même promis du lait et du fromage, fruit des efforts du numéro un congolais. Et qu’est-ce qui peut justifier que les ministres n’emboîtent pas le pas au président? Allez, na bilanga!

Denis Sassou N’Guesso a donc expressement donné le top. Chaque samedi et dimanche, les ministres vont certainement visiter leurs exploitations agricoles au village et dans les périphéries de Brazzaville. De toute façon, ce n’est pas les véhicules qui manquent. Encore moins les tracteurs.

On verra juste comment les producteurs agricoles aux petits moyens et aux moyens rudimentaires vont réagir à ce mot d’ordre du président qui ne sera pas simplement appliqué comme un sport de week-end, mais bien plus comme une activité rentable. Les paysans qui ne peuvent accéder aux tracteurs ou aux véhicules pour transporter leurs fruits en ville, doivent désormais compter avec la concurrence des ministres, les fonctionnaires les mieux payés du Congo.

Voici donc l’extrait du Compte-rendu du conseil des ministres qui exhorte les membres du gouvernement à entreprendre dans la terre :

« Prenant de nouveau la parole, le Président de la République a invité instamment chaque Membre du Gouvernement à développer, sur la base de ses émoluments, des activités agricoles pérennes, dans le double souci d’aider au développement de la production agricole vivrière, et de donner l’exemple en investissant dans un secteur vital pour notre pays.

Au nom des Membres du Gouvernement, et en réponse à cette exhortation du Chef de l’Etat, M. Clément MOUAMBA, Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a exprimé la pleine adhésion des Ministres à ce mot d’ordre, qui doit permettre aux responsable politiques de haut niveau d’aider à l’augmentation des capacités du secteur agricole, et ce à la satisfaction des populations congolaises ».

par Arsène SEVERIN


Tags assigned to this article:
agricultureBrazzavilleCongo

3 comments

Write a comment
  1. Mououanou belzile
    Mououanou belzile 31 juillet, 2016, 06:22

    Mr le President. Nous sommes ému de voir que vous revenait en arrière et.de .prendre des bonnes.décision bravo
    Depuis le.Canada
    Mme Mououanou

    Reply this comment
  2. Armel-Peter ACKOUKOYI-OWOUSSOU
    Armel-Peter ACKOUKOYI-OWOUSSOU 2 août, 2016, 17:52

    Si les membres du gouvernement sont invités à s’investir dans le développement de l’agriculture avec comme ressources les émoluments qui leur sont versés par l’État, avec quels moyens le reste de la population ici appelée à suivre leur exemple demain va-t-elle participer à cette activité ?
    L’agriculture va-t-elle désormais être dans notre pays une activité exclusivement réservée aux seuls membres du gournement? N’étaient-ils pas les grands bénéficiaires du Fonds de développement agricole dont le bilan n’a pas satisfait les attentes des consommateurs congolais?
    Non, le développement de l’agriculture est l’affaire de tous les citoyens congolais mais pas des seuls membres du gouvernement qui n’en font certainement pas leur vocation à quelque exception près. Le gouvernement devrait s’employer à mettre à la disposition des produteurs agricoles ayant fait leurs preuves sur le terrain avec des moyens rudimentaires, des ressources nécessaires devant leur permettre d’ameliorer leurs capacités de productions et contribuer efficacement à la lutte contre l’insécurité alimentaire dans notre pays. Merci de considérer le présent commentaire comme une modeste contribution de notre part à la reflexion sur l’épineux problème de la pénurie des produits agricoles sur le marché congolais.

    Reply this comment
  3. jean boko
    jean boko 3 août, 2016, 13:38

    le congo a ete mal partie des votre retoure au pouvoir Mr le president aujourd’hui le congo est en faillite le bilanga seul ne peu rien faire pour donnez une bonne sante’ economique politique et social au congo et au peuple congolais qui souffre de votre politique po obikisa kongo sangisa peuple kongolais nionso pe otika pouvoir wana bilanga nabiso eko prospere’ pour une meilleur avenir

    Reply this comment

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils