Congo – Brazzaville : comment les ministres vivent-ils la crise financière?

©DR

« Nous sommes à 2 mois d’arriérés de salaires », m’a confié, sous couvert d’anonymat, un ami ministre de la République. J’écarquillai alors les yeux, en signe d’étonnement, tout en ôtant mes lunettes de myopie.

La réalité est bien perceptible dans certains cabinets de ministres dépourvus d’administrations sous tutelle qui génèrent de juteuses menues recettes. C’est le cas des ministères sports, instruction civique, artisanat, santé, développement industriel, plan, enseignements(supérieur, secondaire, technique), communication et médias, recherche scientifique.

Tel n’est pas le cas aux ministères des finances, commerce, transports, hydrocarbures, économie forestière, tourisme…Où les chefs de département ne ressentent pas suffisamment les contrecoups de la crise financière aiguë qui frappe durablement le Congo, suite à la dégringolade des prix du brut sur le marché international.

Ministère des postes et télécommunications, comme sur du velours!

S’il est un ministre qui est, pour l’instant, à l’abri du besoin, c’est celui de Léon Juste Ibombo, le ministre des Postes, des Télécommunications et de L’Economie Numérique. Dans un pays où les opérateurs de la téléphonie mobile font de bonnes affaires, le ministère de tutelle reçoit mensuellement 25 millions de FCFA de l’Arpce (Agence de régulation des postes et communications électroniques ) pour le fonctionnement du cabinet et, aussi, le paiement régulier des indemnités aux collaborateurs( du ministre).

Bien plus, l’Autorité de Régulation commande, à chaque début du mois, des cartes de crédit destinées au ministère pour un montant total de 3,5 millions de FCFA , à raison de 1,7 million de fcfa par opérateur (MTN et Airtel), auxquels il faut y adjoindre 1 million de cartes de crédits téléphoniques, toujours commandées par l’Arpce, pour le compte de la direction générale de l’administration des Postes et Télécommunications(DGAPT).

Last but no least, il y aussi la dotation mensuelle des cartes de carburant respectivement reparties de la manière suivante : ministre (500.000 fcfa), Direction générale (400. 000 fcfa), Directeur de cabinet du ministre (300. 000), soit un total de 1,2 million de FCFA de cartes carburant offertes pas l’Arpce. 

En ces temps d’assèchement financier, n’est-il pas temps que toutes ces dotations de l’Autorité de régulation transitent par le Trésor, unique caisse publique de l’Etat?

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
Congo-Brazzavillecrise financière

Related Articles

Congo – Pct contre Pct : Garde resserrée autour de Mouamba ou d’un nouveau Premier ministre ?

Au Congo, le gouvernement dirigé par Clément Mouamba fait l’objet d’une interpellation par la chambre basse du Parlement congolais. Tout

Congo – Débat sur la constitution : L’opposition rejette l’idée d’un référendum

Le collectif des partis de l’opposition congolaise signataires de la déclaration du 17 août 2012 a animé une conférence de

Brazzaville : le casse-tête des eaux pluviales

La capitale congolaise exposée à une forte pluviosité et ses effets collatéraux ne sait plus à quel saint se vouer.

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils