home Congo, Politique Congo : Bertrand Kissangou, le binational qui veut succéder à Sassou Nguesso

Congo : Bertrand Kissangou, le binational qui veut succéder à Sassou Nguesso

Bertrand Kissangou
Bertrand Kissangou

Le compte à rebours ayant commencé, Bertrand Kissangou, 40 ans, membre de la Diaspora congolaise de France, affiche sa ferme intention de s’investir dans la bataille de l’ élection présidentielle de son pays d’origine, dont le premier tour aura lieu le 20 mars prochain. Soldat parmi les Congolais de l’étranger, assure-t-on, apte à se présenter en toute légitimité à l’ élection présidentielle… Portrait. 

Bertrand Kissangou, fondateur de l’Association « Bana ya Congo », l’homme des Solidarités associatives de la diaspora, jouit d’une excellente réputation au sein des Congolaises pour ses multiples actions en leur faveur. Profitant de ce que la nouvelle Constitution permet à ceux et celles des Congolais de l’étranger à s’essayer au suffrage universel dans leur pays d’origine, Bertrand Kissangou franchira bel et bien le Rubicon. Il faut dire que la politique ne lui est pas étrangère, car déjà élu dans sa commune résidentielle de France. En effet, il occupe actuellement la présidence de la commission internationale de la fédération du Parti Socialiste du département de l’Essonne. « Je suis un homme d’Etat », ne cesse-t-il de clamer, pensant toujours à la postérité. Et d’estimer qu’il est le mieux placé pour s’occuper de la jeunesse congolaise. « Il est temps de mobiliser toutes les forces vives du Congo, comme j’ai su le faire en 2012 lors de l’incident regrettable du 4 mars, en organisant avec la diaspora, à Ris-Orangis, en présence des élus locaux, un concert de solidarité donné par des artistes congolais en faveur des victimes », précise l’élu essonnien.

Bertrand Kissangou, cadre informatique, par ailleurs commissaire aux Impôts directs de la commune de Ris-Orangis et de la communauté d’agglomération Evry Centre-Essonne, veut surtout rassurer ceux et celles qui oseraient douter de sa détermination et de sa capacité à mener des troupes : « Je suis un élu de terrain qui a une expérience de ses administrés. J’aime mon pays d’origine et j’aimerais, grâce à ma bi-appartenance, apporter mon expérience au Congo, pays auquel je dois mon ascension sociale », avant d’insister : « Lorsque les Congolais sont à l’étranger, ils s’emparent trop souvent des réseaux sociaux pour venir dire leurs états d’âme, proférer des conseils mal fondés sur leur pays d’origine, ignorant qu’ils ont trouvé le standing du pays d’accueil ; eh bien moi, je dis qu’ils feraient mieux de travailler et de participer comme les vraies diasporas qui construisent leurs pays à coups de transferts de technologies et de masses monétaires ».

Comme les candidatures à la future élection présidentielle ont commencé à se déclarer, Bertrand Kissangou est, lui aussi, prêt à la condition de « réunir la caution de la participation à l’élection fixée à 25 millions de Francs CFA », renchérit son entourage. En tout état de cause, Bertrand Kissangou sera présent à cette élection et, d’ores et déjà, il a des soutiens de ses partisans. Et de comparer sa démarche à celle de Koffi Yamgname, élu d’une commune française et qui n’avait pas hésité à ses porter candidat à l’ élection présidentielle au Togo, son pays d’origine.

Antoine Daniel Kongo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils