Congo- Banque mondiale : perspectives d’une nouvelle coopération en santé, énergie et habitat

Congo- Banque mondiale : perspectives d’une nouvelle coopération en santé, énergie et habitat

Les responsables de la Banque Mondiale (à gauche) et ceux du ministère de l'aménagement du territoire (à droite) lors des échanges |photo adiac

Les responsables de la Banque Mondiale (à gauche) et ceux du ministère de l’aménagement du territoire (à droite) lors des échanges |photo adiac

Le directeur de la Banque mondiale pour la région Afrique, Makhtar Diop, a traduit le 8 janvier à Brazzaville la volonté de l’institution onusienne d’appuyer les efforts du Congo dans le domaine de l’énergie, de l’eau, de la santé et de l’habitat.

S’adressant au cours d’un échange avec le ministre chargé de l’aménagement du territoire et de la délégation générale aux grands travaux Jean Jacques Bouya et le ministre délégué au plan Raphaël Mokoko, il a indiqué que les pertes d’électricité réduisaient les efforts du gouvernement en matière d’énergie.

«Pour nous, c’est aider le Congo à avoir une utilisation plus efficace des ressources qu’il met à la disposition des populations et les programmes. Je crois que la discussion que nous avons eue tout à l’heure avec le ministre Bouya et le ministre délégué Mokoko nous a permis de voir un peu quelles sont les sources d’efficacité et d’amélioration de la productivité des investissements publics que le gouvernement compte mettre en œuvre», a déclaré Makhtar Diop.

Il a ajouté que «j’ai entendu une vision assez claire qui vise à amener le secteur privé dans la construction, la gestion et la maintenance des infrastructures que le gouvernement a mis en place. Cela va réduire le poids financier que le gouvernement congolais devra faire face pour pouvoir maintenir le taux de croissance».

Makhtar Diop a appelé à la consolidation des investissements que le gouvernement congolais réalise dans les secteurs de l’énergie, des logements sociaux et de la santé. S’agissant des logements sociaux, il a signifié que la Banque mondiale mettrait son expertise à la disposition du Congo afin que les logements sociaux soient à moindre coût dans le pays.

Pour lui, la baisse du prix du baril de pétrole devrait permettre aux pays africains producteurs de l’or noir d’accélérer la diversification de l’économie.

Dans son intervention, M. Bouya a estimé que 2015 sera «une année particulière et difficile» à cause de la baisse du prix du baril de pétrole. Il a précisé que le gouvernement gardera le cap en matière de construction d’infrastructures, citant notamment celles liées aux 11èmes jeux africains et au projet de construction des douze hôpitaux généraux dans les différents départements du pays.

Le ministre en charge de l’aménagement du territoire a affirmé que les travaux de la route Pointe-Noire/Brazzaville s’achèveront entre fin 2015 et début 2016. Il a également signalé la finalisation des études de faisabilité du projet des zones économiques et spéciales, ainsi que l’installation des seize usines de la zone industrielle et commerciale de Maloukou, au nord-est de Brazzaville.

M. Bouya a par ailleurs plaidé pour l’accès du Congo aux ressources BIRD de la Banque mondiale qui sont plus importantes que celles de IDA.

Le nouveau directeur des opérations de la Banque mondiale pour les deux Congo Moustapha Ndiaye a été présenté officiellement aux autorités congolaises au cours de cet échange de vues. Il succède à l’ancien directeur Eustache Ouayoro dont le mandat est arrivé à terme.

© Congo-site


Tags assigned to this article:
Banque mondialeCongo

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils