home Brazzaville Congo – BAC 2015 : les résultats tardent à être affichés dans les établissements privés

Congo – BAC 2015 : les résultats tardent à être affichés dans les établissements privés

Congo Bac
Les résultats du Baccalauréat, session du 7 juillet 2015, dite session de remplacement font état de 6 714 candidats seulement déclarés admis sur l’ensemble du pays, soit un pourcentage de 10,08 %.

Les résultats du baccalauréat, session de remplacement de juillet 2015, publiés depuis le dimanche dernier tardent à être affichés dans certains établissements scolaires privés de Pointe- Noire, a- t- on constaté.

Et si cela perdure, des parents d’élèves auront des sérieux problèmes à opérer les choix lors des nouvelles inscriptions et réinscriptions des enfants, car la vraie question qu’ils se posent à l’heure actuelle est la suivante : « Dans quelle école privée inscrire les enfants surtout lorsqu’ils sont en classe d’examen, vue le taux d’admission catastrophique de la session qui venait de se passer ? ». Et lorsqu’on se souvient de ce qu’avait déclaré dans les médias le président général des jurys le jour de la délibération du baccalauréat, à savoir : « Ces résultats sont le reflet réel du niveau des élèves actuel. Et que les enseignants qui évoluent dans les établissements publics sont les mêmes qui vont dans écoles privées. Donc, les enfants évoluant dans les établissements publics sont souvent abandonnés au profit des écoles privées. Malheureusement, les établissements privés considèrent le baccalauréat comme un produit commercial. Ils utilisent des pédagogues pour encourager la fraude, mais nous avons procédé à un brassage qui faisait qu’aucun correcteur ne pouvait retrouver la copie d’un quelconque candidat, d’où ils ont été désarmés et nous avons là le résultat réel de tous nos élèves ».

Ces propos du président général des jurys ont été corroborés par ceux du ministre en charge de l’Enseignement primaire et secondaire le jour même de la publication desdits résultats où il a appelé à la responsabilité des parents, car déclarait-il, les enfants n’étudient plus leurs leçons, ils perdent du temps à faire autre chose pendant la période scolaire.

Le folklore des vrais faux pourcentages de 75%, 80% ou de 90% d’admis quelques heures après la publication des résultats des examens d’Etat auxquels tous établissements privés de la ville avaient habitués les parents d’élèves et le public a presque disparu. Ces écoles ont honte d’afficher ces résultats par peur de créer « une hémorragie clientèle », c’est-à-dire la fuite des enfants vers d’autres écoles. Ces tableaux d’affiches qui appellent les parents à venir inscrire ou réinscrire leurs enfants sont restés muets sur les quotas d’admissions, alors que ceux-ci sont un véritable élément de marketing.

Interrogés sur ce mutisme, deux des responsables des établissements privés qui ont requis l’anonymat répondent, « cela nous interpelle tous et nous sommes obligés de créer des nouvelles conditions pour renforcer les études, en créant notamment au sein de ces établissements, des centres d’encadrement. Ces centres jusque là dispersés un peu partout dans la ville, occasionnent la disparité dans les programmes enseignés ».

Souhaitons que cette honte créée par des pourcentages au rabais soit un vrai stimulant permettant de mettre les apprenants réellement au travail dans les différents établissements scolaires et l’harmonisation des programmes des centres d’encadrements par rapport à ceux de l’Institut national de recherches et d’actions pédagogiques (Inrap).                                                              

Faustin Akono

TAGS:
Photo du profil de Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils