Congo : arrestation du coordinateur de la campagne électorale du général Mokoko

Congo : arrestation du coordinateur de la campagne électorale du général Mokoko

Le général Jean-Marie Michel Mokoko|AFP

Le général Jean-Marie Michel Mokoko|AFP

Aux lendemains de la victoire contestée de Denis Sassou-Nguesso dès le premier tour du scrutin présidentiel dimanche dernier, la police a procédé ce dimanche 27 mars à l’arrestation du coordinateur de la campagne du général Mokoko, candidat malheureux de l’élection. Anatole Limbogo-Ngoka a été interpellé à son domicile. D’autre arrestations devraient avoir lieu, annonce la police.
 
Le coordinateur de la campagne du général Mokoko, candidat malheureux de l’élection présidentielle au Congo-Brazzaville dimanche dernier, a été arrêté ce dimanche 27 mars. Anatole Limbogo-Ngoka a été interpellé à son domicile sous les yeux de son épouse.
 
« Les policiers ont escaladé le mur et sont entrés dans la parcelle, puis ils ont accédé à la maison. Nous avons un duplex, ils sont allés le chercher dans la chambre en haut, lui ont demandé de s’habiller et puis on l’a emmené », soupire-t-elle, visiblement ébranlée par cette intervention.
 
« En ce moment, ils sont en train d’organiser une rafle contre les membres de l’opposition, ajoute la Congolaise. Mon mari était jusque-là directeur du comité de soutien du général Mokoko, qui a perdu les élections. Ils sont en train de s’organiser dans ce sens-là, d’arrêter tous ceux qui ne sont pas avec M. Sassou. »
 
Dénonciation
 
Le président Denis Sassou-Nguesso est sorti vainqueur dès le premier tour du scrutin de dimanche dernier. Un résultat contesté par l’opposition. Le général Mokoko avait appelé à une campagne de désobéissance civile. La police affirme que c’est un membre de l’équipe de campagne du général Mokoko, Jean Ngouabi, qui a amené les autorités à arrêter Limbogo-Ngoka.
 
« M. Anatole Limbogo-Ngoka a été interpellé suite aux dénonciations qui ont été faites par M. Jean Ngouabi, indique la police. Il semble qu’il y ait une affaire d’atteinte à la sûreté de l’Etat. Les services de police sont en train de procéder à certaines vérifications. »
 
Jean Ngouabi, précise la police, « a cité plusieurs noms, tout le monde va être appelé à aller s’expliquer auprès des services de police. Il y a nécessité que d’autres personnes soient interpellées. Cela sera fait conformément aux dispositions du code de procédure pénale. »

Par RFI

 


Tags assigned to this article:
Congogénéral Mokoko

1 comment

Write a comment
  1. Priscknesta
    Priscknesta 28 mars, 2016, 22:05

    ns some pa conten du cmportemnt de la police congolaise

    Reply this comment

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils