Congo – Affaires foncières : Le ministre Pierre Mabiala cible des maisons à casser à Brazzaville

Le ministre Pierre Mabiala cible des maisons à casser à Brazzaville

Le ministre Pierre Mabiala cible des maisons à casser à Brazzaville ©DR

Il avait promis utiliser son « tracteur de démolition massive » pour déguerpir les « occupants illégaux » du site du lycée agricole Amilcar Cabral. Le ministre Pierre Mabiala est en passe de mettre sa menace à exécution.

Aux quartiers Tsangamani et Nganga Moumpala à Madibou dans le 8ème arrondissement de Brazzaville, les habitants passent désormais des nuits cauchemardesques, depuis que les services du cadastre sont passés répertorier les habitations qui se trouveraient sous l’emprise du domaine du lycée, et donc vouées à la démolition.

Cette démolition que l’on dit inéluctable est confirmée par des inscriptions « à casser » apposées sur les murs des clôtures ou des maisons, et qui se lisent comme une sentence.

Pour les personnes concernées et qui ont vu sur leur maison ces inscrptions à la peinture rouge, la hantise de les perdre est telle que cette menace se précise, après l’expiration de l’ultimatum donné par le ministre des Affaires foncières et du domaine public Pierre Mabiala, leur demandant de quitter ces lieux dans un délai d’une semaine.

Même si le membre du gouvernement estime que ces personnes ont occupé de façon anarchique une partie de la concession de 64 hectares réservée au lycée technique agricole Amilcar Cabral, il y a pourtant un quiproquo.

Du reste, les personnes concernées qui soutiennent être dans leur bon droit, tentent en vain de rencontrer le ministre, afin de lever les doutes sur ce qui paraît être un malentendu. Pour elles, le terrain du LAAC et celui qu’ils occupent sont séparés par une avenue et de l’avis même des propriétaires terriens ayant vendu les parcelles, le lycée ne saurait s’étendre au delà de l’avenue. Le ministre se tromperait.

Entre la « conscience de tracteur » affichée du ministre et des occupants que nul ne veux entendre, il s’est instauré un véritable dialogue de sourds, avec à la clé la démolition imminente du fruit de toute une vie, ce qu’ils n’osent accepter, insistant qu’un terrain d’entente soit trouvé.

Beaucoup d’ailleurs dénoncent la manie du ministre Mabiala d’en recourir toujours au tracteur, dans une espèce de loi du Talion, alors qu’en homme de droit, il s’en référerait à la justice qui, après avoir instruit les affaires à charge et à décharge, sur la base des pièces du dossier, ordonnerait les démolitions le cas échéant, en exécution d’un arrêt de justice, après avoir épuisé toutes les voies légales. Voila qui est État de droit.

Entre-temps, pour les familles dont les maisons ont reçu la sentence « à casser », la pression psychologique conduit au bord de l’infarctus et les jours désormais insipides se vivent comme ceux des condamnés, dans le couloir de la mort où le ministre Pierre Mabiala serait à l’évidence le bourreau.

Bertrand BOUKAKA
Les Échos du Congo-Brazzaville

 

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.



Related Articles

Congo: Sassou N’Guesso inaugure le complexe sportif de Kintélé

Le président congolais Denis Sassou N’Guesso a procédé mardi Brazzaville à l’inauguration du complexe sportif de Kintélé, dans la banlieue

Congo – Brazzaville : Antoinette Sassou Nguesso est bien vivante!

Antoinette Sassou Nguesso est bien vivante, Selon nos sources, et pas de moindres, la rumeur brazzavilloise qui fait état du

Pékin doute de la solvabilité du Congo, selon le quotidien français «Le Monde»

Selon des documents auxquels le quotidien français «Le Monde» a eu accès, la compagnie d’Etat chinoise de garantie des exportations

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils