Congo : 50,7% de la population est pauvre, selon le gouvernement

Vue du centre-ville de Brazzaville. Wikimedi

Vue du centre-ville de Brazzaville. Wikimedi

Avec une population de seulement 4,5 millions d’habitants, le Congo est le quatrième plus grand producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne. Plus de 70 % de l’économie congolaise provient du secteur, qui apporte 80 % des recettes du gouvernement. Malgré ce positionnement, 50,7 % des congolais sont pauvres, selon la ministre des Affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité, Antoinette Dinga-Dzondo.

Selon la ministre Antoinette Dinga-Dzondo, la précarité économique est la dimension déterminante de la vulnérabilité de la majorité des ménages congolais et la pauvreté touchant environ la moitié de la population (50,7 %). Cette situation est accentuée par la forte dépendance de l’économie à la seule rente pétrolière et par l’attitude d’une partie de la jeunesse.

« Sont principalement concernées, les personnes vivant avec handicap, les personnes âgées, les peuples autochtones, les familles nombreuses et économiquement faibles, les veuves et orphelins, les malades indigents, la population victime des catastrophes naturelles ou provoquées par l’homme, les jeunes sans qualification et/ou sans emplois et les retraités », a déclaré Antoinette Dinga-Dzondo, représentante du Congo à la 56e session de la Commission de développement social qui se tient jusqu’au 7 février prochain à New York, aux Etats-Unis d’Amérique, sur le thème : « Stratégies pour éliminer la pauvreté afin d’atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) ».

Pour Antoinette Dinga-Dzondo, le gouvernement congolais fait de la lutte contre la pauvreté, la marginalisation et l’exclusion, son cheval de bataille. Il fait preuve de plus d’audace dans la mise en œuvre des mesures vigoureuses en matière de diversification de l’économie, de prévention et de protection contre la survenue des situations de vulnérabilité, de promotion et d’autonomisation des personnes et des communautés.

Parmi les politiques mises en œuvre par le Congo, la ministre a rappelé l’adoption des programmes ciblés en faveur des personnes vivant avec handicap, les personnes âgées, les enfants, les peuples autochtones et les familles en situation de pauvreté.

Concernant la protection sociale, elle a cité quelques projets en cours d’exécution, parmi lesquels, «Lisungi, qui signifie entraide ou solidarité», «Telema qui signifie lève-toi». Ils visent la combinaison des transferts monétaires, les activités génératrices de revenus, les micro-crédits, la promotion de la fréquentation scolaire et la fréquentation des centres de santé, la mise en fonctionnement du dispositif de deux centres communautaires d’incubation des entreprises rurales.

Germaine Mapanga

Avec Les Echos du Congo Brazzaville

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
CongoGouvernementpauvrePopulation

Related Articles

OA? est passAi?? lai??i??argent collectAi?? par les mAi??nages du quartier Bilolo Ai?? Brazzaville?

Les habitants du quartier situAi?? derriA?re lai??i??AcadAi??mie militaire Marien Ngouabi, Ai?? Bilolo, dans lai??i??arrondissement 9 Djiri, ne sont pas contents.

Brazzaville : En prévision des grandes pluies, les habitants de Massengo interpellent les pouvoirs publics

Le ravinement du sol provoqué par les pluies, suite à l’interruption des travaux sur la route nationale n°2, à hauteur

Le Ministre Léon Juste Ibombo : Le Congo est prêt pour la révolution numérique

La première question porte sur le numérique : le secteur que vous voudriez asseoir et consolider se porte-t-il bien ?

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils