Congo : 26% des enfants de moins de 5 ans sont atteints de malnutrition chronique, selon l’Unicef

Enfants déplacés du Pool ©UNICEF/Congo/2017

Enfants déplacés du Pool ©UNICEF/Congo/2017

Pour qui coule finalement l’or noir au Congo-Brazzaville ? Le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef) indique que 26% des enfants congolais de moins de 5 ans sont atteints de malnutrition chronique, 14 % d’insuffisance pondérale et 7 % de maigreur.

Logements exigus et insalubres, difficultés extrêmes à se nourrir convenablement, à accéder à l’eau potable et à se procurer l’énergie nécessaire, difficultés à trouver un emploi décent et suffisamment rémunérateur, c’est le résultat d’une enquête sociale qui offre une idée précise des conditions de vie auxquelles doit faire face une majorité de congolais. C’est une enquête réalisée par la Conférence épiscopale du Congo avec l’appui technique et financier du Secours Catholique et de Misereor, au point où manger pour les adultes comme pour les enfants, la pauvreté aidant, devient un véritable cauchemar.

Selon les statistiques officielles, le pays a enregistré un taux de chômage de 34,2% en 2011, touchant de plein fouet la tranche des 25-35 ans, alors que les jeunes représentent 60% des 4 millions de Congolais.

Depuis quelques années, l’Unicef demande au gouvernement congolais d’affecter 20 % des recettes pétrolières à l’enfance, considérée comme une « couche vulnérable ».

On rappelle que le Congo est un pays producteur de pétrole, une ressource qui contribue à plus de 80% aux recettes de l’Etat. Mais près de 50% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

Des ONG dénoncent régulièrement le manque de transparence dans la gestion des revenus pétroliers.

Germaine Mapanga

 Avec Les Echos du Congo Brazzaville

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
Enfantsmalnutrition au CongoUnicef

Related Articles

Le Premier ministre Clément Mouamba à la presse : «Nous avons besoin du FMI pour sortir le pays de la situation actuelle»

Du 25 septembre au 4 octobre 2017, une mission du FMI (Fonds monétaire international) a séjourné à Brazzaville, pour ouvrir

Congo : Lorsque Maurice Massengo-Tiassé fait parler Ntumi depuis l’Europe

Deuxième vice-président de la Commission nationale des droits de l’homme, Maurice Massengo-Tiassé s’est lancé dans des poursuites contre les dirigeants

Congo : deux autres trafiquants chinois mis aux arrêts, à Yengo

Le mois dernier, les éco-gardes du poste de contrôle de Yengo, à Mambili, situé dans le département de la Sangha,

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils