Congo : 23 personnes tuées en une semaine par les ex-miliciens Ninjas

Congo : 23 personnes tuées en une semaine par les ex-miliciens Ninjas

Les ex-miliciens Ninjas proches de l’ancien chef rebelle congolais, le pasteur Ntoumi, ont tué au total en une semaine (du 23 au 30 septembre dernier) dans le Département du Pool, au sud de Brazzaville, 23 personnes dont 12 agents de la force publique (militaires, policiers et gendarmes), a révélé mercredi le ministre de la Justice, Pierre Mabiala.

Lors d’un point de presse, le ministre a précisé que « le 23 septembre 2016, quatre militaires ont trouvé la mort lors de l’attaque de la position militaire de Mangola ; le 28 septembre 2016, les partisans de Bitsamou Frédéric (alias pasteur Ntoumi) ont tiré sur une ambulance, tuant deux militaires ; le 30 septembre 2016, l’attaque d’une rame de train transportant du carburant (deux citernes totalement enflammées et calcinées), entraînant 16 morts dont quatre gendarmes, deux policiers, neuf civils et le conducteur du train ».

Les trafics ferroviaire et routier sont interrompus suite à ces exactions, a-t-il ajouté, soulignant que « ces actes constituent manifestement une entreprise criminelle à grande échelle de nature terroriste ».

A la suite de l’attaque armée des quartiers sud de Brazzaville, le 4 avril 2016, « Ntoumi et ses miliciens se sont repliés dans les forêts du département du Pool pour y trouver refuge. Depuis lors, ils se livrent aux actes de violence et de terrorisme… », a rappelé le ministre Mabiala.

Pour les deux plateformes de l’opposition, le Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (Frocad) et l’Initiative pour la Démocratie au Congo (IDC), « le problème du Pool est politique et demande une solution politique ». Dans une déclaration rendue publique mercredi, elles appellent au dialogue.

« L’histoire enseigne que les guerres classiques ou non classiques se terminent autour d’une table de négociation. Surtout, lorsqu’il s’agit d’une guerre entre les enfants d’un même pays, il n’y a jamais de gagnants, il n’y a que des perdants », conclut la déclaration.

Avec Xinhua


Tags assigned to this article:
Congo

2 comments

Write a comment
  1. Claude
    Claude 6 octobre, 2016, 08:10

    Ex milicien de l’ancien chef rebelle en rébellion!!!!!!

    On nous dit quoi là ???

    Reply this comment
  2. JDM
    JDM 7 octobre, 2016, 00:13

    Le Congo ne sera jamais une colonie de la Chine, que ce pays fasse très attention, nous pouvons vous rendre la vie difficile.

    Reply this comment

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils