Congo : 16 exigences à améliorer dans le secteur pétrolier et gazier d’ici décembre 2019 pour éviter la suspension à l’ITIE

pétrole

Une plateforme offshore d’exploitation de pétrole. © Getty Images/HeliRy

Le gouvernement est tenu de prendre des mesures « correctives » liées à la gestion des entreprises pétrolières et minières avant le 29 décembre 2019. Si rien n’est fait jusqu’à ce délai, le pays risque de perdre son statut de « pays conforme ».

Le Conseil d’administration (CA) de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives ( ITIE) qui s’est réuni les 28 et 29 juin à Berlin, en Allemagne, a accordé une échéance supplémentaire au Congo pour lui permettre de satisfaire aux exigences concernant l’engagement de la société civile en lien au point 1.3 de la norme ITIE et la gouvernance du groupe multipartite.

Les mêmes exigences touchent aussi l’obligation de communiquer sur les octrois de licences, le registre des licences, la participation de l’Etat, les données sur les activités de production, les revenus en nature, les accords de troc, les transactions des entreprises d’Etat, la qualité des données, la répartition des revenus. À cela s’ajoute la nécessité de publier des informations sur les dépenses sociales, les dépenses quasi fiscales des entreprises d’Etat, la contribution économique et le débat public.

D’après le CA, les dépenses quasi fiscales des entreprises d’Etat constituent le principal sujet de préoccupation. « Si, lors de la deuxième validation, le pays n’accomplit pas de progrès significatifs assortis d’améliorations substantielles concernant plusieurs exigences individuelles, il s’exposera à une suspension conformément à la norme ITIE », a-t- il prévenu dans son communiqué.

Les administrateurs de l’ITIE se sont néanmoins félicités de quelques avancées réalisées par le pays en matière d’amélioration de la transparence et de la redevabilité dans le secteur extractif, à travers la soumission de données fiables pour orienter le débat public. Le CA a, de ce fait, salué la mise en place des réformes réglementaires visant à intégrer la transparence dans les systèmes de gouvernance publique. 

Depuis mars 2017, le Congo s’est doté d’un nouveau code sur la transparence qui promeut les principales exigences ITIE dans la législation nationale, y compris celles portant sur la transparence des contrats, la participation de l’Etat, le rapportage sur le cost oil, les revenus et les dépenses de la compagnie pétrolière nationale, les procédures d’audit et de rapprochement des recettes gouvernementales, la transparence de l’affectation des ressources et dépenses hors budget, etc.

« Après dix années de déclarations ITIE, le Congo-Brazzaville a élargi le champ d’application de la déclaration de l’initiative afin de couvrir également le secteur des forêts. Le Conseil d’administration apprécie cette utilisation innovante du rapportage », souligne le même communiqué.

Fiacre Kombo

Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale


Tags assigned to this article:
Congopétrole

Related Articles

Congo – Législatives 2017 : Parfait Kolélas dans la tourmente

Président de l’Union des démocrates humanistes (Udh-Yuki), son parti créé le 20 mars 2016, Guy Brice Parfait Kolélas se lance

Brazzaville : des comportements regrettables dans les autobus de l’État

L’initiative, pourtant salutaire, du gouvernement d’acquérir et de mettre en circulation des autobus destinés au transport en commun dans les

Congo : l’administration envisage le bulletin unique à la présidentielle de 2016

À l’occasion de la séance de travail que le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, Raymond Zéphirin Mboulou a

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils