Caves et Vip de fortune, un danger public pour les Brazzavillois

Caves et Vip de fortune, un danger public pour les Brazzavillois

Les autorités administratives et municipales de Brazzaville assistent passivement, depuis un certain temps, à l’ouverture des caves et VIP de fortune, ainsi que les vendeurs ambulants placés sur les grandes artères, occupant les trottoirs de la ville capitale, a-t-on constaté.

Les caves qui poussent çà et là dans les quartiers populaires sont pour la plupart des petites surfaces aménagées permettant aux gens de passer leur temps. Ce sont actuellement les milieux de loisirs où l’on trouve toutes les catégories de personnes (jeunes et vieux).

La plupart de ces caves s’ouvrent sans l’autorisation préalable des responsables du ministère du commerce et ceux de la mairie de Brazzaville. Interrogé par l’ACI sur le sujet, un tenancier d’une cave qui a requis l’anonymat explique : «Pour les fêtes de Noël et de nouvel an, j’ai été obligé d’ouvrir ma cave sans passer par un responsable du ministère du commerce, parce que les procédures administratives sont trop longues, je ne m’y rendrai qu’après les fêtes».

Placées aux abords des grandes avenues, ces caves exposent leurs clients à tous les dangers, notamment ceux liés aux accidents de circulation pouvant causer d’énormes dégâts si jamais une automobile fonce sur les clients. Elles présentent également un grand danger pour les passants qui peuvent, en cas bagarre entre clients, recevoir des projectiles et éclats de bouteilles pouvant provoquer des blessures graves.

Quant aux VIP qui occupent quelquefois abusivement l’espace public, ils contribuent à la dépravation des mœurs. Des jeunes filles s’exhibent soit à moitié nues, soit complètement nues, au vu et su de tout le monde, sans s’inquiéter des sanctions de l’autorité. Ils sont actuellement des milieux de prédilection de certains Brazzavillois et Brazzavilloises.

Ce phénomène qui prend dangereusement de l’ampleur au sein de notre société, tend à supplanter les bars-dancing, autrefois prisés par les Congolais. Ces caves et VIP deviennent de plus en plus des lieux où se développe le banditisme.
Le ministère du commerce et les autorités municipales doivent travailler en partenariat en vue de faire régulièrement des contrôles auprès des propriétaires de ces caves et VIP, et suspendre ainsi ceux qui ne remplissent pas les critères.

(ACI)


Tags assigned to this article:
BarBrazzavilleCavesCongoVip

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils