Connect with us

Hi, what are you looking for?

Ici Brazza
[GARD align=« center"]

International

Burundi : Nkurunziza accepte de discuter sur la question de son 3e mandat

Pierre Nkurunziza

Pierre Nkurunziza|DR

La question d’un troisième mandat du président burundais Pierre Nkurunziza n’est pas un « sujet tabou », a assuré jeudi un conseiller à la présidence, qui a appelé l’opposition à un « dialogue franc et constructif ».

« Il est vrai que lors des discussions précédentes, nous avions convenu de laisser la question (du 3e mandat) au menu » du sommet des chefs d’Etat d’Afrique de l’est qui s’est tenu dimanche en Tanzanie, a rappelé Willy Nyamitwe.

« Donc cette question ne devrait pas revenir. Mais pour le gouvernement burundais, le mandat du président n’est pas un sujet tabou », a affirmé M. Nyamitwe.

Cette déclaration marque une nette inflexion du camp présidentiel, qui jugeait jusqu’à présent la candidature du président Nkurunziza à un troisième mandat pour la présidentielle du 26 juin comme une « ligne rouge » non-négociable.

La présidence appelle « à un dialogue franc, mais aussi constructif pour que nous puissions respecter les échéances dictées à la fois par le sommet de l’EAC (Afrique de l’est) et la Constitution du Burundi », a ajouté M. Nyamitwe.

Mercredi, l’opposition s’était dite prête à reprendre le « dialogue » avec le pouvoir, faisant un geste d’ouverture et disant elle aussi que la question du troisième mandat n’était « pas tabou ».

Initié courant mai sous l’égide de l’ONU pour tenter de désamorcer la crise politique qui secoue le pays depuis plus d’un mois, ces négociations entre le camp présidentiel, l’opposition et la société civile butent notamment sur l’arrêt des manifestations et le retrait de la candidature de Nkurunziza.

Le chef de l’Etat fait face depuis l’annonce de cette candidature fin avril à un vaste mouvement de contestation populaire à Bujumbura, violemment réprimé par la police. Près d’une quarantaine de personnes ont été tuées et la sécurité s’est fortement dégradée.

Des élections législatives et des communales, censées se tenir vendredi, avec la présidentielle le 26 juin, ont été repoussées à une date ultérieure.

Selon M. Nyamitwe, l’importance pour une avancée du dialogue politique, « c’est beaucoup plus des questions relatives à la sécurité pour que le climat soit propice à la tenue d’élections libres, transparentes, démocratiques et apaisées ».

« Que les politiciens de l’opposition comme ceux de la mouvance présidentielle se sentent libres de circuler sur tout le territoire national, soient libre de faire campagne dans les quartiers où il y a des manifestations, qu’on arrête les violences dans les rues et que les barricades soient démantelées », a-t-il ajouté.

« Sur le désarmement des jeunes, on n’y voit pas d’inconvénient, le gouvernement ne peut pas refuser de dialoguer sur un tel sujet », a ajouté le conseiller présidentiel: « tout ce qui peut contribuer à désarmer des civils est la bienvenue ».

(VOA Afrique)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A LIRE SUR ICI BRAZZA

International

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a annoncé dimanche son retrait de la vie politique après avoir reconnu sa défaite dès le premier tour de...

Pointe Noire

Cet incident s’est produit dans la soirée du samedi 11 avril, sur le tarmac de l’aéroport international de Pointe-Noire. Cet Airbus A330 d’Air France...

Congo

  Le général de division Guy Blanchard Okoî, chef d’état-major général des forces armées congolaises (FAC) a instruit et ordonné tout le commandement de...

Pointe Noire

Un Chinois a été surpris sur une route du centre-ville de Pointe-Noire le matin du mercredi 18 mars 2020, par le mauvais comportement de...

Copyright © 2020 ICI BRAZZA. Edité par Kair Group.

Aller à la barre d’outils