#BringBackOurGirls : un an plus tard, beaucoup de bruit pour rien

#BringBackOurGirls : un an plus tard, beaucoup de bruit pour rien
BringBackOurGirls

BringBackOurGirls

Beaucoup de bruit pour rien. Un an déjà, que les 276 filles nigérianes ont été enlevées par Boko Haram. Un an qu’on ne les retrouve pas malgré tout le tapage médiatique. Face à la mollesse du gouvernement de Goodluck JONATHAN, tous les puissants de ce monde avaient, dit-on, envoyé des spécialistes du renseignement pour les retrouver. Et rien, toujours rien.

Il y a manifestement, au mieux des complaisances, au pire des complicités, au niveau des populations locales dans les contrées où Boko Haram sévit. Le Nigeria a connu une campagne électorale intense. Donc une occasion pour des réunions de masse, des déplacements multiples et variés à travers tout le pays…Et personne n’a jamais eu la moindre info sur ces lycéennes enlevées ? Pas même, ces agents (nationaux ou étrangers) des services de renseignements des grandes puissances, qui vont et viennent dans les contrées éloignées des pays africains. Pas même, les sous- préfets, les chefs de village, les notables, les imams, prêtres et pasteurs, etc. Comme elles n’ont pas pris l’avion pour aller ailleurs, comment expliquer que personne au Nigeria n’ait pu signaler la présence d’une seule de ces filles ? C’est une honte pour nous. Ah, notre Afrique !

Par R. Malonga


Tags assigned to this article:
Boko Haram

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils