home Congo Brazzaville – Université Marien Ngouabi : les travailleurs en grève depuis le 14 décembre

Brazzaville – Université Marien Ngouabi : les travailleurs en grève depuis le 14 décembre

Le Rectorat de l'Université Marien Ngouabi|DR
Le Rectorat de l’Université Marien Ngouabi|DR

Une seule revendication justifie cette énième grève des agents évoluant à l’unique établissement public d’enseignement supérieur du Congo : le non-paiement des salaires du mois de novembre

À la demande de l’Intersyndicale composée du Syndicat national de l’université (Synalu), du Syndicat des enseignants du supérieur (Synesup) et du Sypenes,  le personnel de l’université Marien-Ngouabi a enclenché depuis lundi matin une grève, paralysant ainsi toutes les activités. « Relevant la précarité dans laquelle se trouvent plongés les travailleurs de l’université Marien-Ngouabi, suite au non-paiement des salaires en concomitance avec ceux de la fonction publique, et tenant compte des engagements pris par la direction rectorale, en date du 26 novembre 2014, le Collège Intersyndical décide de l’arrêt immédiat du travail à l’université dès lundi 14 décembre 2015 à 7 h 00 », indique la décision qui a déclenché la grève.

Ce mot d’ordre a été suivi d’effet dès son premier jour car des sources concordantes, tous les établissements sont concernés. Du coup, la campagne d’inscription et de réinscription entamée depuis quelques jours est momentanément suspendue. La faculté des Lettres et des Sciences humaines que nous avons visitée ce matin est quasiment déserte puisque les étudiants et les enseignants sont en effectif très faibles.

Aux dernières nouvelles, la situation pourrait être décomptée dans quelques heures car il s’agit d’un problème qui surgit à chaque fin d’année. A la différence des années antérieures, cette fois une seule revendication a été exprimée. En effet, depuis près de 3 ans, le personnel évoluant à l’université Marien-Ngouabi se plaint toujours du fait que les salaires des agents sont payés après ceux des autres fonctionnaires de l’Etat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils