home Brazzaville, Congo Brazzaville : un accident cause de nombreuses victimes à Ngamakosso

Brazzaville : un accident cause de nombreuses victimes à Ngamakosso

ccident cause de nombreuses victimes à Ngamakosso
Vingt et huit blessés graves et trois morts subites est le bilan provisoire d’un accident de circulation qui s’est produit, le 11 juin à Ngamakosso, dans la partie nord de Brazzaville| Ph acebook.com/joewashington.ebinacongo

Vingt et huit blessés graves et trois morts subites est le bilan provisoire d’un accident de circulation qui s’est produit, le 11 juin à Ngamakosso, dans la partie nord de Brazzaville.

À l’origine de cette collision : un véhicule remorque qui dans sa course cogne un minibus. Bilan : vingt-quatre blessés graves transférés au Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Brazzaville et quatre autres internés à l’hôpital de base de Talangaï. Jusqu’à vendredi, la cellule de communication du CHU-Brazzaville rassurait qu’il ne restait que neuf blessés graves hospitalisés dont deux admis au service de réanimation.

Selon les témoignages recueillis sur le lieu de l’accident, la remorque avait perdu son système de freinage hydraulique sur le versant de la colline. Elle a heurté sur le trottoir plusieurs passants avant de finir sa course dans une habitation située au numéro 20 sur la rue Ngola. Ici, d’autres dégâts sont signalés : une femme et ses quatre petits-fils qui ont perdu leurs pieds. D’après des sources hospitalières, parmi les vingt et huit blessés, dix-sept cas jugés moins graves ont été libérés.

« Depuis hier (jeudi), nous leur avons administré les premiers soins », a indiqué le directeur de l’hôpital de Talangaï, le docteur Jean-Louis Lengouango. Il a précisé par ailleurs que toutes les victimes sont prises en charge gratuitement alors que les corps des trois personnes décédées sont conservés à la morgue du CHU de Brazzaville.

« Tout le secteur était sur le pied de guerre ce jeudi soir », confie une dame visiblement sous le choc. Grâce à l’intervention des éléments du Poste de sécurité publique (PSP) de Ngamakosso, la foule a pu être maîtrisée. « Quand nous étions arrivés, on criait de partout. Nous étions obligés de veiller sur les lieux pour permettre aux services compétents de faire le constat », a indiqué un agent du PSP de Ngamakosso.

© Adiac-Congo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils