Brazzaville-Route de la corniche : le premier tronçon évalué à plus de 70 milliards FCFA

Brazzaville-Route de la corniche : le premier tronçon évalué à plus de 70 milliards FCFA

Brazzaville-Route de la cornicheLe président de la République, Denis Sassou N’Guesso, a procédé le 10 décembre, au lancement officiel des travaux d’aménagement et de bitumage de la route de la corniche de Brazzaville. Les travux concernent le tronçon Ravin du Tchad-Case De Gaulle et la requalification de la section existante.

Long de 1,200km, le premier tronçon de cette route qui s’étendra prochainement jusqu’à Kintelé est financé entièrement par le gouvernement congolais à hauteur de 70 milliards 897 millions 617 mille 526 FCFA. Les travaux qui portent sur l’aménagement d’une nouvelle route de deux fois deux voies soit une chaussée de 14 mètres de large avec terre-plein central d’un mètre et un trottoir de quatre mètres côté fleuve, sont confiés à la société chinoise China Road and Bridge Corporation (CRBC) pour une durée de 22 mois. 

« Le projet d’aménagement et de bitumage de la route de la corniche de Brazzaville, tronçon ravin du Tchad-Case De Gaulle et la requalification de la section existante du club nautique au ravin du Tchad, est une composante d’un vaste projet multi séquences, qui part du pont du Djoué jusqu’à la cité naissante de Kintelé, sur 22,500 km, avec une quinzaine de pénétrantes ou des portes vers les quartiers desservis », a indiqué le ministre à la Présidence, chargé de l’Aménagement du territoire et de la délégation générale aux grands travaux, Jean Jacques Bouya.

Il a également rappelé que le premier tronçon lancé est précurseur des autres séquences du projet. Il s’agit, entre autres, des tronçons pont du Djoué-Case de Gaulle sur 5, 2 km avec la coopération française dans le cadre du contrat de désengagement  et désendettement (C2D) ; Club nautique-SCLOG  sur 2,300 km dont les options aériennes ou souterraines sont en étude ; SCLOG-Rond-point président Omar Bongo Ondimba sur 2 km. Les autres tronçons envisagés relieront le Rond-point président Omar Bongo Ondimba-Keba na virage sur 2,400 km et  Keba na virage-Kintelé, long de 7 km.

Cet ouvrage intègre un viaduc comprenant un pont à haubans de 545m de longueur ayant deux pylônes de 122m de hauteur, supportant le tablier, et de 120 haubans d’une longueur moyenne de 116m. Il sera encadré par deux giratoires : l’un au ravin du Tchad et l’autre à la Case De Gaulle, encerclant le monument des compagnons de De Brazza. Quant à l’ancienne section existante qui part du Ravin du Tchad au restaurant Mami Wata, d’une longueur de 1,300 km et d’un trottoir de 10m, elle sera requalifiée et remise aux normes.

Le contrôle et la surveillance des travaux après appel d’offre ont été attribués au groupement français SGI-SETEC pour un montant de plus de 3,1 milliards FCFA. « Voici un autre ouvrage qui est en train d’être érigé le long de ce majestueux fleuve Congo. Il vient de s’ajouter aux nombreux grands ouvrages déjà réalisés et devra, sans doute, accroître bientôt l’attractivité économique et touristique de notre ville capitale. Il est donc indispensable que l’ensemble des acteurs nationaux comprennent et s’approprient tous ces ouvrages qui concourent à l’embellissement de nos villes. Cette appropriation passe par la conquête des initiatives novatrices de financement et de gestion de tous ces acquis », a conclu le ministre Jean Jacques Bouya.

« Améliorer la fluidité de la circulation entre tous les grands pôles de Brazzaville »

Le ministre de l’Équipement et des Travaux publics, Émile Ouosso, a, de son côté, rappelé que des statistiques fiables sur les mouvements et déplacements sur les routes, avaient permis de juger régulièrement de leur degré d’encombrement et de saturation. « Par son souffle résolument moderne, à l’instar du futur viaduc d’accès à Kintelé, cette corniche donne le tempo de la structuration des voiries de nos villes, en commençant par Brazzaville. Cet ouvrage qui va améliorer la fluidité de la circulation entre tous les grands pôles de Brazzaville donnera un accès plus aisé, et moins encombrant au centre-ville et progressivement à ses périphéries nord, sud et ouest sans goulot d’étranglement majeur », a-t-il indiqué.

Rappelons que l’historique du projet d’aménagement de la corniche de Brazzaville remonte aux années 70. En effet, la première étude a été réalisée en 1987 par le cabinet SETEC International. Elle portait sur le tronçon de la Corniche allant du pont de Djoué à l’hôtel Mbamou Palace, ce qui avait abouti à la construction de la première phase reliant le Club nautique au ravin du Tchad. 

© Adiac-congo


Tags assigned to this article:
Brazzavillecorniche

1 comment

Write a comment
  1. rolly
    rolly 14 décembre, 2014, 12:02

    mer6 o gouvernemnt

    Reply this comment

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils