Brazzaville rend un dernier hommage à l’artiste musicien Kouka Célestin Alias « Ya Célio »

Brazzaville rend un dernier hommage à l’artiste musicien Kouka Célestin Alias « Ya Célio »

Décédé le 20 août dernier, au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Brazzaville, l’artiste-musicien Kouka Célestin Alias « Ya Célio » a été inhumé le samedi 3 septembre au cimetière « Ma Campagne »

La levée du corps a eu lieu très tôt le même jour à la morgue du CHU, avant son exposition au Palais des congrès où s’est déroulée la cérémonie funéraire, qui a connu la participation du ministre d’Etat Henri Djombo, représentant le Premier ministre, chef du gouvernement, des membres du gouvernement, de Simone Loubienga, administrateur-maire de Bacongo, arrondissement de résidence de Célio, de Cyrille Mbuwa Moungele, représentant du ministre de la Culture de la RD Congo et d’une délégation de musiciens kinois, conduite par Verkys Kiamuangana Mateta.

Prononçant l’oraison funèbre, le ministre de la Culture, Léonidas Motton Mamoni, a décrit combien le talent de l’illustre disparu a traversé une belle parenthèse de l’histoire musicale du Congo à travers les époques et sa musique les générations. « C’est sans doute au nom de cette traversée générationnelle, en naviguant sur les souvenirs, récits et témoignages que je parlerais de Célestin Kouka », a-t-il confié.

Pour Dieudonné Loussakou, au nom de l’orchestre Bantou, Célio aurait encore pu continuer parmi ses mélomanes, si et seulement si les moyens avaient été mis pour se préoccuper de sa santé. De son vivant, Célio a toujours donné le meilleur de lui-même, a-t-il souligné. C’est à juste titre que les honneurs de la République lui ont été rendus jusqu’à l’élever au rang de commandeur dans  l’ordre du mérire congolais, a conclu le représentant de l’orchestre Bantou de la Capitale.

Après les allocutions, Henri Djombo a décoré, à titre posthume, le compositeur des célèbres chansons « Rosalie Diop » et « Kouka ba dia Ntseke ».

« Adieu l’Artiste, bon repos de l’autre côté de la prairie », tels sont les derniers mots de Léonidas Motton Mamoni, avant d’aller à la cérémonie religieuse en la paroisse  Notre Dame de Rosaire à Bacongo et ensuite au cimetière Ma Campagne pour l’inhumation.

Marie Alfred Ngoma
 

Tags assigned to this article:
BrazzavilleCélioKouka Célestin

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils