Brazzaville : plusieurs lots de sachets détruits par le ministère du Commerce

Brazzaville : plusieurs lots de sachets détruits par le ministère du Commerce

Saisis auprès des commerçants lors d’une opération de contrôle menée récemment, plus d’un million de sachets ont été incinérés le 10 décembre à 45km de Brazzaville, par le ministère du Commerce.

Saisis auprès des commerçants lors d’une opération de contrôle menée récemment, plus d’un million de sachets ont été incinérés le 10 décembre à 45km de Brazzaville, par le ministère du Commerce.

Saisis auprès des commerçants lors d’une opération de contrôle menée récemment, plus d’un million de sachets ont été incinérés le 10 décembre à 45km de Brazzaville, par le ministère du Commerce et de l’approvisionnement assisté par les cadres du département de l’environnement.

Interdites depuis 2011 par décret présidentiel, l’importation, la commercialisation et l’utilisation des emballages en plastique, semblaient être respectées au départ, tant par les vendeurs que les usagers. Pour compenser, la population avait pris l’habitude de faire des achats avec des sacs réutilisables. Certaines vendeuses de jus de fruit par exemple,   utilisaient des bouteilles en plastique à la place des sachets.

« La production, l’importation, la commercialisation et l’utilisation des sacs et sachets en plastique pour la vente d’aliments, de l’eau et de toute autre boisson, sont interdites en République du Congo », stipule le décret en vigueur.

Malheureusement, grâce aux importations frauduleuses en provenance des pays frontaliers et ceux d’autres continents, le sachet a refait surface dans le pays notamment à Brazzaville. Ainsi, par peur d’être arrêté par la police, la vente se fait désormais de manière discrète par des vendeurs ambulants qui, outre des marchés passent de parcelle en parcelle pour proposer la marchandise. 

« Avec le concours des services de la police, nous  nous sommes déployés sur le terrain de jour comme de nuit. Nous avons constaté que les sachets qui se trouvent sur le marché rentrent de manière frauduleuse. L’administration du commerce qui autorise les importations de marchandises n’a délivré aucune déclaration relative à l’importation du sachet depuis la publication du décret », a indiqué le directeur général de la Concurrence et de la répression des fraudes commerciales, Philippe Nsonde-Mondie.

« Au niveau des supermarchés et grandes boutiques de la place, on ne trouve pas de sachets. C’est plutôt au niveau des marchés qui sont sous le contrôle directe de la mairie que la marchandise est disponible. C’est pourquoi il faudrait que tous les services concernés soient vigilants », a-t-il interpellé.

Signalons que pour tromper la vigilance des services de sécurité, plusieurs appellations ont été attribuées au sachet : « niahou », « bore ézanga kombo » etc…

Les sachets qui prolifèrent dans les rues  sont dangereux pour la préservation de l’environnement. Notons que cette opération de destruction de sachets n’est qu’une « goutte d’eau dans la mer ». Pour faire respecter le décret interdisant l’utilistion du sachet, les services des douanes et de la Police devront véritablement s’impliquer .

Rappelons qu’afin de parvenir à un nouvel accord pour ralentir et contenir la hausse de la température moyenne du globe à moins de 2°c, une conférence mondiale sur le changement climatique se tient à Paris, en France depuis le 30 novembre dernier.

Lopelle Mboussa Gassia

Tags assigned to this article:
Brazzavilledétruitssachets

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils