home Brazzaville, Congo Brazzaville : Le budget exercice 2015 du CHU adopté à plus de 24 milliard de FCFA

Brazzaville : Le budget exercice 2015 du CHU adopté à plus de 24 milliard de FCFA

Image d’archive| Le Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Brazzaville
Image d’archive| Le Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Brazzaville

La structure s’est dotée le 13 mai d’un budget de 24 642 724 017 FCFA pour réaliser son programme d’activités de l’année en cours. Celui-ci s’articule autour de ses missions régaliennes qui sont : les prestations de soins de qualité ; la formation médicale et paramédicale ; la recherche biométrique ainsi que le respect des pratiques de bonne gouvernance.

Le Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Brazzaville vient de tenir la 21e session ordinaire de son comité de direction. Au cours de ces travaux, les participants ont examiné et adopté avec amendement les différents documents soumis à leur approbation. Parmi les textes approuvés, il y a le budget qui est passé de 31, 9 milliards FCFA en 2014 à 24, 6 milliards FCFA cette année, soit une baisse de 7, 3 milliards FCFA, représentant 22,87% par rapport aux prévisions économiques de l’an dernier.

En effet, la direction générale s’est fixée, entre autres objectifs, la dotation du CHU en outils de gestion ; la modernisation de la gestion des malades et des services et le renforcement du plateau technique par des équipements performants. Il est également prévu le renforcement des compétences du personnel ; la réalisation des travaux de recherche ainsi que la mise en place d’un répertoire des travaux scientifiques, mémoires et thèses réalisés au CHU.

S’agissant des recettes, la direction générale entend orienter son action sur, entre autres, l’optimisation des recettes en hospitalisation par l’amélioration des conditions de séjour des patients ; le renforcement des contacts avec les maires d’arrondissements afin de faciliter l’obtention des certificats d’indigence pour garantir une meilleure prise en charge financière des indigents.

Concernant les dépenses, la poursuite de la réhabilitation des infrastructures et l’équipement des services demeurent au centre des priorités de l’établissement dans le cadre des investissements. Il s’agit notamment des services des urgences, de la rhumatologie, des maladies infectieuses, la Tour chirurgicale, les dépôts et locaux pharmaceutiques, le bloc d’accouchement, le bâtiment des syndicats, la restauration, ainsi que le bâtiment administratif et la direction générale.

Dans le volet fonctionnement, l’accent sera mis sur l’approvisionnement régulier en fournitures diverses et en produits pharmaceutiques ; la mise en œuvre d’un plan de maintenance des équipements biomédicaux afin de garantir leur fonctionnement régulier ; la poursuite de la formation continue du personnel. Toutes ces décisions sont prises en dépit du contexte national qui inspire la prudence. Les administrateurs ont enfin été informés sur l’exécution des délibérations prises lors du précédent comité de direction, le point sur les marchés publics passés par le CHU en 2014, ainsi que sur les travaux réalisés et en cours de réalisation.   

« Le CHU est le pivot de notre système sanitaire » 

Présidant les travaux, le président du comité de direction du CHU, Jean Philippe Gakosso, a appelé la direction générale, les administrateurs ainsi que les techniciens de santé à prendre en considération les mesures prises au cours de cette session et à les exécuter, en vue d’un fonctionnement efficace et efficient. Selon lui, l’hôpital public demeure une structure sur laquelle, les populations concentrent leur attention et leurs attentes concernant les exigences liées à la qualité et à la sécurité sanitaire. Car, dans la réalisation de ses missions de service public, il a pour vocation de donner satisfaction de manière continue et permanente en ce qui concerne l’offre de soins de santé.

« Le CHU joue un rôle particulier dans notre pays, non seulement par rapport à la place  qu’il occupe dans la pyramide des formations sanitaires, mais aussi en ce qu’il est le pivot de notre système sanitaire », a rappelé le directeur du cabinet du ministre de la Santé, exhortant les différents directeurs généraux des établissements publics et administratifs placés sous tutelle de tenir leurs comités de direction. L’objectif est de recueillir les délibérations dont l’exécution permettrait d’obtenir les résultats escomptés. Il s’agit pour Jean Philippe Gakosso, d’une exigence non seulement d’une bonne administration mais aussi d’une bonne pratique hospitalière et médicale.

© Adiac-Congo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils