home Brazzaville, Congo Brazzaville : la SNE continue à péter les plombs

Brazzaville : la SNE continue à péter les plombs

la Société nationale d’électricité (SNE)
La Société nationale d’électricité (SNE)

Des délestages chroniques au centre ville, la banlieue sud de Brazzaville totalement dans le noir depuis près d’une semaine, des grandes éditions des journaux télévisées de Télé Congo délestées… voilà l’image qu’offre la société nationale d’électricité (SNE) qui s’apparente désormais à une honte nationale.

La SNE, aucun congolais ne le démentira, est dans un coma profond. La situation évolue de mal en pie depuis le départ du ministre Bruno Richard Itoua du département de l’énergie et de l’hydraulique. Son remplaçant Henri Ossebi bat le record des délestages chroniques à Brazzaville. Les cadres et agents administrations et des services du centre ville quittent désormais leur lieu de travail à 11 heures, car c’est à cette heure précise que la SNE programme son délestage pour rétablir la situation à 16 heures.

Le centre ville n’est pas la seule à connaitre ces déboires, depuis dimanche dernier, la banlieue sud de Brazzaville est complètement paralysée. Petits commerçants, opérateurs économiques, établissements scolaires, centres hospitaliers… tous ont mis la clé sous le paillasson attendant fiévreusement le retour de cette denrée assimilée comme la venue de Christ chez les chrétiens.

Qu’on ne se voile plus la face, Henri Ossebi et son directeur général Louis Elenga Kanoha ont déjà prouvé leurs limites. Le défi d’améliorer les performances qu’ils se sont assignés lors du conseil d’administration de la SNE, le 11 mars dernier, s’est transformé en un vœu pieux. Rien et rien de croustillant à mettre sous la dent si ce ne sont des déclarations tapageuses dans les média congolais.

Alors que le gouvernement a consenti d’énormes investissements pour résoudre les difficultés résiduelles dans le secteur de l’électricité. Depuis 3 ans le réseau de distribution d’électricité des villes de Brazzaville et de Pointe-Noire font l’objet d’une restructuration en profondeur. Selon des sources bien indiquées les postes délestés sont passés de 60% en 2009 à moins de 10% en 2013. Mais malheureusement sur le terrain, la SNE continue à péter les plombs.

Aujourd’hui, une nouvelle chanson est à la mode au département de l’énergie et l’hydraulique, il s’agit des louanges sur le barrage de Chollet, en partenariat avec le Cameroun avec 600 mégawatts attendus. Récemment a été même signé le protocole d’accord relatif à l’organisation et au fonctionnement du comité inter-états de pilotage de ce projet entre le ministre camerounais de l’eau et de l’énergie, Basile Atangana Kouna, et le ministre de tutelle du Congo, Henri Ossebi.

Alors, le commun des congolais se demandent faudra-t-il attendre la finalisation de ce projet pour que l’électricité puisse retrouver ses amours d’antan à savoir les ménages congolais ? Mais, entretemps que fait-on des barrages de Moukoukoulou, d’Imboulou et du Djoué ?

Entretemps, on faisait croire aux congolais que la situation s’améliorerait avec la formation des cadres. Or, depuis octobre 2014, des cadres issus des entreprises d’Etat et autres institutions du secteur énergétique étaient à l’école du savoir pour se former sur la gestion de l’énergie. Une formation dispensée par des Encadreurs du Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées (DESS) Energie de Haute Ecole de Commerce (HECC) de Montréal du Canada. Alors, le commun des congolais s’interroge où sont ces cadres et pourquoi le statut quo demeure ?

En clair, le problème de la SNE est simplement lié au manque de volonté politique. Les gestionnaires de ce département, en mal de popularité, faisant fi d’oublier les réalités congolais préfèrent copier ailleurs. Selon des sources bien indiquées, le Congo veut même s’inspirer de l’expérience de la Côte d’Ivoire en matière de gestion de l’énergie. Et ces cadres formés à quoi serviront-ils ? That’s the question !

Par Mavulanews

TAGS:
Photo du profil de Berja Bonazebi

Berja Bonazebi

Responsable des publications pour IciBrazza.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils