Connect with us

Hi, what are you looking for?

Ici Brazza
[GARD align=« center"]

Brazzaville

Brazzaville : la mairie interpellée sur le respect des itinéraires dans les transports en commun

Transports en commun
La circulation dans une avenue de Brazzaville / photo Adiac

Le phénomène dit de demi-terrains rend la vie difficile à la population obligée de regagner leur domicile avant vingt heures suite au couvre-feu. Dans l’une de ses descentes, le maire centrale, Dieudonné Bantsimba, a été interpellé par quelques chefs de quartier. Des réflexions sont menées pour résorber le problème, a-t-il indiqué à son tour.

« La segmentation des itinéraires, qui nous oblige à payer doublement ou triplement le prix du transport, se pratique au vu et au su de tout le monde. Si on n’y prend garde, même à la sortie du confinement progressif, nous resterons dans cette situation car les contrôleurs et les chauffeurs de bus sont capables de perpétuer cette réalité », a déclaré un chef du quartier à Ouenzé, s’adressant au maire de Brazzaville, Dieudonné Bantsimba, dans l’une de ces descentes pour s’enquérir des défis que le conseil municipal doit relever.

Se déplacer devient, en effet, un véritable casse-tête pour la population. Les embouteillages monstres sont observés en début de soirée, car tout le monde veut être chez soi avant le couvre-feu. Les prix sont doublés sur certains tronçons.

Pour les transporteurs, il s’agit là des conséquences des mesures imposées par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, notamment l’instauration du couvre-feu à vingt-heures et la réduction du nombre de personnes dans les moyens de transport en commun.

Régler la situation

« Vous avez raison. En matière de transports urbains, le phénomène des demi-terrains a des conséquences sur le panier de la ménagère. Dans notre programme d’actions, au niveau de la commune, il est prévu de trouver des solutions à ce problème en associant le syndicat des transporteurs en commun », a retorqué Dieudonné Bantsimba.

Décision non respectée

Le problème des demi-terrains ne datent pas d’aujourd’hui. La volonté des pouvoirs publics d’y remédier remonte, elle aussi, d’il y a plus d’une décennie. L’arrêté n°172 du 24 février 2006, qui est entré en vigueur en mars 2010, fixe les itinéraires de bus et taxi-bus. Une quarantaine de lignes intra-urbaines et huit périurbaines que ces moyens de transport devaient scrupuleusement respecter. Ce fut un soulagement pour les Brazzavillois, qui voyaient leurs déplacements quotidiens être facilités. Une joie de courte durée, puisque dans les faits les transporteurs n’ont suivi les directives de la municipalité que quelques jours avant de revenir aux anciennes habitudes.

Dans le contexte d’état d’urgence actuel, la situation devient de plus en plus difficile. Les transporteurs et la population attendent des solutions qui arrangeront les uns et les autres.

Rominique Makaya

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A LIRE SUR ICI BRAZZA

International

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a annoncé dimanche son retrait de la vie politique après avoir reconnu sa défaite dès le premier tour de...

Pointe Noire

Cet incident s’est produit dans la soirée du samedi 11 avril, sur le tarmac de l’aéroport international de Pointe-Noire. Cet Airbus A330 d’Air France...

Congo

  Le général de division Guy Blanchard Okoî, chef d’état-major général des forces armées congolaises (FAC) a instruit et ordonné tout le commandement de...

Pointe Noire

Un Chinois a été surpris sur une route du centre-ville de Pointe-Noire le matin du mercredi 18 mars 2020, par le mauvais comportement de...

Copyright © 2020 ICI BRAZZA. Edité par Kair Group.

Aller à la barre d’outils