home Congo Brazzaville-Enseignement supérieur : l’Institut national du travail social ouvre ses portes

Brazzaville-Enseignement supérieur : l’Institut national du travail social ouvre ses portes

Congo l’Institut national du travail social (INTS)Les 60 premiers étudiants de cette structure, sélectionnés après concours, seront, formés, pendant trois ans, dans trois filières pour devenir : assistants de service social, éducateurs spécialisés et animateurs de développement social local.

Mis en place grâce à l’expertise de l’Institut social de Lille (France), l’Institut national du travail social (INTS) sera érigé à Ignié, dans le département du Pool, à 45 Km de Brazzaville. En attendant sa construction, les étudiants suivront les cours au Centre de promotion sociale de Bacongo, dans le deuxième arrondissement de Brazzaville. Placé sous une double tutelle, cet institut a officiellement ouvert ses portes le 15 décembre à Brazzaville. Administrativement, c’est le ministère des Affaires sociales qui devrait s’assurer que les compétences développées répondent bien aux besoins d’accompagnement social des populations vulnérables. Sur le plan académique, la tâche revient au ministère de l’Enseignement supérieur qui est le garant de la certification et du contenu de la formation ainsi que de la reconnaissance des diplômes qui y seront délivrés.

Quelles missions pour l’INTS ?

Cet institut aura pour missions d’assurer la formation initiale des étudiants admis au concours d’entrée ; assurer la formation continue dans le domaine du travail social ; développer la recherche-action et la recherche appliquée au travail social. « Les formations en travail social à l’Institut national du travail social sont des formations supérieures, en alternance, préparant à la licence professionnelle, au master et au doctorat en travail social. Ces formations sont articulées autour d’un enseignement théorique de 1620 heures et d’une formation pratique de 1680 heures, soit douze mois de stage sur des sites qualifiants », a expliqué la ministre des Affaires sociales, de l’Action humanitaire et de la Solidarité, Émilienne Raoul.

En effet, les produits sortis de cet institut permettraient au ministère bénéficiaire de mener des activités de prévention, de protection, de prise en charge et de promotion à l’autonomisation des groupes vulnérables. Il s’agit précisément des enfants en difficultés, les personnes handicapées, les personnes âgées, les femmes en situation de précarité, les ménages démunis, les populations autochtones. Ils permettront également de combler le déficit en personnel qualité dans les affaires sociales. « À l’horizon 2016, uniquement pour les circonscriptions d’action sociale de la ville de Brazzaville, les besoins en professionnels qualifiés s’élève à 452. Or, actuellement le ministère des Affaires sociales compte 2500 agents dont seulement 284 sont titulaires du diplôme d’État d’assistant social, soit un pourcentage de 11% », a rappelé Émilienne Raoul.

Elle a également annoncé les ambitions de la tutelle consistant à augmenter progressivement le nombre d’apprenants pour atteindre en quelques années 385 étudiants en formations initiale et 300 en formation continue et celle recevoir par ailleurs des étudiants étrangers. Après l’ouverture, le ministère des Affaires sociales envisage de poursuivre la recherche sur l’analyse des besoins des populations afin de les faire correspondre aux formations en accompagnement social.

« Résoudre de façon significative et progressive le déficit très important en personnel spécialisé »

Présidant la cérémonie au nom de son homologue de l’Enseignement supérieur, le ministre de la Recherche scientifique et l’Innovation technologique, Bruno Jean Richard Itoua, a rappelé que la création de l’INTS s’inscrivait dans le cadre de l’application de la circulaire du président de la République, du 18 septembre 2009, portant feuille de route du gouvernement. En effet, ce document prescrivait la relance, la redynamisation et la modernisation des écoles de formations des infirmières et auxiliaires sociales existantes ; et programmait la création de trois autres écoles dans le sud-ouest, dans le centre et dans le nord du pays. « L’ouverture, ce jour, de cet institut vient donc concrétiser la volonté du chef de l’État de rendre le système éducatif plus performant et de résoudre de façon significative et progressive le déficit très important en personnel spécialisé dans le domaine des affaires sociales », a indiqué Bruno Jean Richard Itoua.

Rappelons que le projet de création de l’INTS deux grands ensembles : le référentiel pédagogique et la construction des bâtiments. Au terme des études sur le référentiel pédagogique, il s’est avéré la nécessité urgente de former les agents sociaux en qualité et en quantité pour accomplir la vision de l’action sociale. Quant à la construction des bâtiments et leur financement, le projet bénéficie d’un apport financier dans le cadre du Contrat de désendettement et de développement, signé en septembre 2010 entre la République du Congo et la République française. La convention d’affectation des fonds entre le Congo et l’Agence française de développement a été signée le 11 juin 2013.

© Adiac-Congo

One thought on “Brazzaville-Enseignement supérieur : l’Institut national du travail social ouvre ses portes

  1. Suite à ma première tentative d’admissibilité au concours de INTS de l’année précédente, j’aimerai refaire ce concours afin de mettre de nouveau mes expériences qui sera susceptible de contribuer au développement de l’institut dans ces fonctions en ayant une formation approfondie durant les 3 prochaines années à l’institut.

    Dans l’attente d’une suite favorable, je tiens à saluer mon profond respect à madame la ministre des affaires sociales.

    Cordial
    NKAZI Marlon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils