Brazzaville : deux propriétaires terriens accusés pour la vente illicite de parcelles

Brazzaville : deux propriétaires terriens accusés pour la vente illicite de parcelles

Le chef de zone 17 au quartier Saint-Denis à Matari, Guy Guillaume Nganga, a lancé le 5 août à Brazzaville, un vibrant appel aux autorités des affaires foncières ainsi qu’à celles de la sécurité publique pour mettre un terme à la vente illicite de parcelles de terrain par les propriétaires fonciers véreux.

En effet dans le quartier Saint-Denis, situé derrière le Centre national de radio et de télévision (CNRTV), quartier 903 Matari, les habitants accusent deux fils de la famille Ngamboue qui, s’illustrent dans la vente illicite de parcelles de terrain.

« Ces deux fils de ladite famille se font accompagner par une vingtaine de jeunes gens inciviques tenant des armes blanches et vendent des parcelles de terrain sur l’espace qui ne leur est pas réservé. Ils se disent confiants de braver la loi et les forces de l’ordre. Ils menacent de mort certains habitants et saccagent des hangars privés. L’un deux qui d’ailleurs a été interpellé par la police est relâché et se promène sans crainte. On s’interroge si l’affaire est classée sans suite », a confié un habitant du quartier.

Le week-end dernier, deux familles ont été délogées de leurs hangars par ces véreux. Et récemment sur les lieux, des équipes de journalistes ont constaté que les espaces réservés à la construction du marché public et du poste de police ont été squattés et vendus par ces derniers.

En outre, s’ajoutent aux peines des habitants de cette partie de l’arrondissement 9 Djiri des tracasseries administratives et policières.

« Ces espaces réservés à la construction d’un marché public et d’un poste de police ont été classés, domaine public. Au regard de la vente illégale, j’ai été convoqué, en vain, dans deux postes de police pour évoquer et tenter de trouver une solution à ce problème », a confié Guy Guillaume Nganga.

Par contre, l’un des chefs de bloc de Saint-Denis a affirmé avoir adressé, sans suite, des correspondances aux autorités de base, notamment au maire de Djiri et au chef du quartier 903.

Enfin, les habitants de ce quartier souhaitent avoir un poste de police avancé pour endiguer ces comportements déviants et restaurer la quiétude des populations.

Fortuné Ibara

Tags assigned to this article:
BrazzavilleCongoparcellesvente

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils