Brazzaville: des malfaiteurs assènent des coups de couteau à un Congolais

Brazzaville: des malfaiteurs assènent des coups de couteau à un Congolais

Vue du centre-ville de Brazzaville|DR

Vue du centre-ville de Brazzaville|DR

119, rue Nzoko à Makélékélé quartier « Sénégalais », dimanche 22 mai en fin d’après-midi, un homme de 44 ans a été agressé par un groupe de malfaiteurs non identifiés

Violences urbaines – jeune homme de 44 ans agressé à Makélékélé BrazzavilleUne violente altercation verbale et un coup de machette asséné dans l’avant-bras droit d’un résident du quartier, qui a eu la vie sauve grâce à la résistance des voisins accourus sur les lieux. Après les premiers soins au CHU de Brazzaville, sa vie ne serait pas en danger. Si les faits sont clairs, les auteurs de l’agression eux  ne sont pas encore identifiés.

Il était 18h, à l’angle de la rue Nzoko, ce dimanche quand, dans une cabine téléphonique en plein air, le jeune homme agressé était sur le point de payer sa communication. A son insu, il a vu surgir un groupe d’une trentaine de personnes en civil, munis d’armes blanches de toutes sortes. « Ils m’ont ravi les 1000 francs encore visibles de ma main et un d’entre eux m’a donné un coup de machette en visant la face », a déclaré la victime. C’est  par reflexe qu’il a voulu se protéger : le bras droit a amorti le choc s’ouvrant par une profonde blessure. « Je me suis vite repris en fuyant cet assaut… », a expliqué l’agressé suivi par la meute. Il a eu la vie sauve grâce à la solidarité musclée des voisins.

Très ébahis, ces voisins ont témoigné en exprimant leur raz- le- bol d’une insécurité vécue depuis un moment dans le quartier. « Ils viennent, ils s’emparent de nos biens, toujours prêts à vouloir en découdre avec nous… », confient-ils. Visiblement, les assaillants du jour étaient au préalable dispersés par des policiers une heure avant du côté de « Bouba Fils ». Ils leur ont aspergé des bombes lacrymogènes. Dans leur dispersion, ils se sont attaqués entre autres, au jeune homme de la rue Nzoko.

Choqués, les riverains de la rue Nzoko en appellent aux autorités d’assurer leur sécurité d’autant plus qu’aucun policier ou homme de loi, n’est venu jusque là s’enquérir de la situation.

Marie Alfred Ngoma

 


Tags assigned to this article:
Brazzavillecoups de couteau

1 comment

Write a comment
  1. kiba nelly
    kiba nelly 25 mai, 2016, 13:52

    pour info

    Reply this comment

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils