home Brazzaville, Congo Brazzaville : Des familles boudent les expropriations à Keba na virage

Brazzaville : Des familles boudent les expropriations à Keba na virage

Jean Jacques Bouya
Le ministre de l’Aménagement du territoire et de la Délégation générale aux grands travaux, Jean Jacques Bouya

Le gouvernement compte sur l’expropriation des terrains situés dans la zone de kéba na virage à Talangaï pour bien conduire les travaux de construction des voies d’accès devant conduire à Kintélé. Devant l’attitude de certains, le ministre de l’Aménagement du territoire et de la Délégation générale aux grands travaux, Jean Jacques Bouya a fait une interpellation citoyene, le 8 mai dernier, à la vingtaine de familles concernées par l’expropriation à Keba na virage.

« Nous en appelons donc à la conscience citoyenne de nos frères et sœurs concernés. Cet appel de cœur concerne aussi les citoyens qui prennent l’option et le malin plaisir de s’installer sous le viaduc en construction, oubliant que les activités dans cet endroit participent à abimer les piles qui supportent l’ouvrage », a-t-il invité, déplorant l’absence d’une parfaite collaboration entre les particuliers et riverains des infrastructures en réalisation.

En effet, selon des témoignages, certaines personnes indexées ne sont pas encore indemnisées. Parmi des raisons évoquées, on peut citer le manque de compromis entre les deux parties au sujet du montant de l’indemnisation. « Le même démon ayant occasionné le retard et le transfert du site pour la construction du siège de l’arrondissement 6 Talangaï  a ressurgi du côté de Keba na virage, avec pour conséquence, le ralentissement criiant des travaux. Et pourtant la facilité financière est disponible, et même en cas de contestation, les dispositions légales existent et devraient être observées », a conclu le ministre Jean Jacques Bouya.

Rappelons que les questions d’expropriation ont toujours posé problème dans le 6e arrondissement de la capitale, soit par le mauvais comportement des populations, soit par la mauvaise foi des agents de l’administration commis à cette tâche. En effet, il n’est pas rare d’étendre une des deux parties indexées l’autre pour des noms fictifs.

© Adiac-Congo

TAGS:
Photo du profil de Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils