Bénin: Des enseignants d’université demandent un permis de port d’armes collectif

Bénin: Des enseignants d’université demandent un permis de port d’armes collectif

Université d’Abomey-Calavi|DR

Université d’Abomey-Calavi|DR

Depuis plus de six semaines,  l’Université d’Abomey-Calavi est  en proie à une grève. Le doyen de l’une des facultés a décidé de l’organisation d’une session unique afin de s’accommoder aux exigences du système LMD. Ce qui n’est pas du goût des étudiants qui ont engagé des mouvements de protestations à caractère violent. Les responsables du campus ont formulé la demande de permis de port d’armes collectif afin de faire face à la furie des étudiants devenus trop agressifs.

 De mémoire d’universitaire, depuis les indépendances, c’est la première fois qu’une demande de port d’armes collectif a été formulé par les autorités rectorales du l’Université d’Abomey-Calavi. Une mesure qui ne vise ni les malfrats qui pullulent dans les rangs des étudiants, ni pour sécuriser le campus mais pour la défense des professeurs.  Un permis de port d’arme. C’est ce que demandent les enseignants de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC), précisément ceux de la Faculté des lettres, arts et sciences humaines (Flash). Cette semaine à la faveur d’une conférence de presse qu’ils ont animée sur la situation de crise qui prévaut à l’université, ils ont fait remarquer qu’ils ne sont plus en sécurité sur le campus.

Selon eux, les étudiants, par le biais d’une milice, sèment la terreur sur le campus. Lors de cette conférence de presse, les professeurs de la Flash sont revenus sur les actes de violence notamment sur le cas d’assassinat il y a quelques années, d’un officier de police et les cas de tentatives d’assassinat de deux responsables de la sécurité dont l’un a été assommé par une grosse brique sur la nuque et un autre à qui les étudiants ont défoncé le crâne à l’aide de pierres. C’est fort de ce rappel des faits de violence et des actes de vandalisme que les enseignants de la Flash qui pointent du doigt  le manque de rigueur des autorités, ont invité le ministre de l’Intérieur à les autoriser à porter une arme. Cela, pour assurer leur propre sécurité en cas d’attaques. Si cette demande prospère, les enseignants de l’université porteront une arme. Une première au Bénin et sans doute dans la sous-région.

Dans la quête de solutions à la crise qui prévaut à l’Université d’Abomey-Calavi, il s’est tenu mardi à l’initiative du Recteur de l’Uac, une séance de travail entre l’équipe rectorale, les responsables de syndicats d’étudiants et les responsables du bureau d’union d’entité. A cette rencontre de vérité qui se tient actuellment, on espère une issue favorable aux activités du Campus d’Abomey-Calavi.

Par AFRIKATV


Tags assigned to this article:
Bénin

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils