Ambassade du Congo à Paris dégradée: Une vingtaine d’interpellations

Ambassade du Congo à Paris dégradée: Une vingtaine d’interpellations

Les forces de l'ordre françaises ont procédé à « une vingtaine d'interpellations suite à des dégradations dans l'ambassade du Congo-Brazzaville » à Paris.

Les forces de l’ordre françaises ont procédé à « une vingtaine d’interpellations suite à des dégradations dans l’ambassade du Congo-Brazzaville » à Paris.

Les forces de l’ordre françaises ont procédé à « une vingtaine d’interpellations suite à des dégradations dans l’ambassade du Congo-Brazzaville » à Paris.

Une vingtaine de personnes sont entrées dans l’ambassade jeudi matin pour demander l’annulation d’un référendum constitutionnel qui permettrait au président Denis Sassou Nguesso, 72 ans, de briguer un nouveau mandat, a annoncé l’un d’eux par téléphone. Les forces de police sont alors intervenues « sur réquisition écrite de l’ambassadeur » du Congo à Paris, a précisé une source policière.

Des opposants ?

Selon une source à l’ambassade du Congo, il ne s’agissait « pas d’opposants mais de combattants, qui sont venus faire de la casse. Les CRS les ont sortis » et un bilan des dégâts est en cours au sein de l’ambassade.

Contrairement à ce qu’affirment des opposants sur Twitter, n’hésitant pas à envoyer des messages vidéos à plusieurs médias :

« Quand on parle avec eux, il ressort qu’ils sont au chômage, qu’ils ont des problèmes financiers. Le référendum ne les intéresse pas du tout, c’est un prétexte », a ajouté cette source à l’ambassade.

Nguesso, le cumulard

Le président Sassou Nguesso, qui cumule plus de 30 ans au pouvoir, a annoncé au début du mois l’organisation d’un référendum le 25 octobre en vue d’adopter une nouvelle Constitution qui ferait sauter les deux verrous qui l’empêchent de présenter une candidature à la présidentielle de 2016.

La Constitution limite à deux le nombre de mandats que peut exercer un chef de l’État, et à 70 ans l’âge maximal pour être candidat à la magistrature suprême. L’opposition congolaise a dénoncé un « coup d’État constitutionnel».

(Ouest-france)


Tags assigned to this article:
ambassade du CongoParis

3 comments

Write a comment
  1. Doudou Boicel
    Doudou Boicel 16 octobre, 2015, 00:37

    Il faut se débarrasser du virus à la source sans cela la maladie africaine ne guérira jamais. Le malheur de la mère Afrique c’est sa grande richesse, qui a toujours attiré tous les virus du monde. L’arme la plus puissante pour venir à bout de ces bactéries c’est l’éducation des Africains et la prise de conscience de notre identité. J’ai confiance que ce jour arrive lentement et surement que les Africains se débarrasseront de ces virus qui continuent à torpiller par tous les moyens le développement de cette terre bénie des Dieux.

    Reply this comment
  2. Cogito
    Cogito 17 octobre, 2015, 12:56

    Le développement de l’Afrique viendra quand les dirigeants africains auront intériorisés les bonnes valeurs et les bonnes manières. Quel est l’éducation que ces dictateurs donne au génération futurs ?
    Je vous rassure ces chefs d’Etat africains légalisent implicitement le coup d’Etat.
    Je vous rassure je suis à brazzaville, le message que ces dictateurs font passer aux générations futurs est négatifs.
    Beaucoup de jeunes garçons qui rêve être un jour président pensent qu’il faut obligatoirement être militaire et faire un coup d’Etat. Le coup d’Etat, ainsi légalisé implicitement, il n’y a cas l’écrire dans la CONSTITUTION de 2015, Article 999 peut être. Aaaah, Hum, ces vieux font de l’Afrique la risée, la honte du monde.

    Reply this comment
  3. Cogito
    Cogito 17 octobre, 2015, 13:11

    Soit disant que le peuple voulait le référendum pour que le Sorcier Sassou (SS) se maintiennent au pouvoir.
    Soyons mûrs, à deux mois de 2016 il veut changer la CONSTITUTION. Arretons de banaliser la CONSTITUTION, c’est quoi là…
    Nous allons par tous les moyens barrer la route à ce Sassou qui est toujours impliqués de loin comme de prêt dans les guerres de notre pays (guerre de 1993, de 1997, de 1998).
    Il doit payer ces crimes l’article 10 et 91 de sa nouvelle CONSTITUTION ne seront pas un bouclier pour lui.
    Sassou soit courageux fais toi prisonnier et c’est tout, pourquoi tergiverser.

    Reply this comment

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils