Afrique du Sud : La population crie son ras-le-bol face à la corruption de Zuma et de son gouvernement

Afrique du Sud : La population crie son ras-le-bol face à la corruption de Zuma et de son gouvernement

Jacob Zuma

Le président sud-africain Jacob Zuma|DR

Des milliers de manifestants sont descendus mercredi dans le centre de Pretoria et au Cap, protestant contre le président Jacob Zuma et son gouvernement pour corruption.

À l’appel de dizaines d’organisations de la société civile – ONG, syndicats et Eglises, des milliers de sud-africains sont descendus mercredi à Pretoria pour dénoncer la corruption de Jacob Zuma et de son gouvernement. A Cap, les manifestants ont marché vers le siège du gouvernement.

Pour les sud-africains, le scandale autour de la rénovation de la résidence de campagne privée du président Zuma ne doit pas passer à perte et profit. Les dépenses effectuées sous couvert de travaux de sécurité qui élèvent à près de 20 millions d’euros doivent être remboursées par le Chef de l’Etat.

D’autres affaires minent la vie publique sud-africaine, suscitant chez certains l’impression que la démocratie chèrement acquise en 1994 avec Nelson Mandela, a surtout servi à enrichir une petite classe dirigeante, alors que le pays, encore couvert de bidonvilles, se débat avec un chômage record et une économie au ralenti.

Le prix Nobel de la paix Desmond Tutu et d’autres personnalités de la société civile ont apporté leur soutien à la manifestation.
« Une société qui répartit ses ressources en fonction de la proximité des gens avec le pouvoir n’est pas moins coupable qu’une société qui répartit ses ressources en fonction de la couleur de la peau », a indiqué l’ex-archevêque dans un communiqué.
Les manifestations s’organisent et mobilisent du monde alors que cette semaine, l’ANC a démenti des accusations du gendarme boursier américain (SEC) selon lesquelles il aurait reçu de l’argent illégalement de la part du groupe japonais Hitachi pour la construction de turbines, à la fin des années 2000.

Malgré les stratagèmes du gouvernement, la marche contre la corruption, qui devait se dérouler depuis longtemps a finalement eu lieu.
Certains ont qualifié la manœuvre, qui risque de diminuer très fortement les effectifs des manifestants, de méthode digne de « l’apartheid ».
Les organisateurs ont indiqué qu’Au Cap, environ 2000 manifestants étaient rassemblés en début d’après-midi.


Tags assigned to this article:
Afrique du SudCorruptionZuma

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils